Feeds:
Articles
Commentaires

 

le déserteur App, curated by Synesthesia EXP
App Exhibition – Art Experimentation – Literature Experience

Fb : facebook.com/ledeserteur
Twitter : twitter.com/ledeserteur_app

Who are the deserters ?
le déserteur App, curated by Synesthesia EXP
App Exhibition – Art Experimentation – Literature Experience
Summer 2014 IOS x Android x Windows 8

l

 

Les dealers de chérubins, de fleurs et de chocolat mènent une guerre larvée contre les fabricants de préservatifs et la crise démographique. Je suis tombé au champ d’honneur pour elle, par amour, par habitude, le cul entre l’instinct de reproduction et celui de conservation !

Lorsque l’égo trouve enfin son assiette, il lui faut un vaisseau pour asseoir son image et surtout un équipage prêt à témoigner ! Certes, il sera enchaîné à cet utérus que seul les confessions allongées et les sosies avec un autre nom peuvent éclipser le temps du coït. Mais jamais, même entre tous les flots qui lui seront offerts, mon égo ne trouvera une plus légitime raison d’avoir peur que moi ! Il pourra craindre de m’aimer ou aimer me craindre, ignorer mon sextant, mais lorsque sa coque me rejoindra, je serai la raison de son vide. Peu importe le nombre et les autoportraits manqués, entre projets avortés et souvenirs maquillés, mon hôte aura une liberté écrite pour lui.

La suite, à lire ici http://souklaye.tumblr.com/post/83529127793/nano-story-aux-quatre-coins-du-cercle-3-4

What is le déserteur ?
le déserteur App, curated by Synesthesia EXP
App Exhibition – Art Experimentation – Literature Experience
Summer 2014 IOS x Android x Windows 8

;

Le seconde fois où j’ai repensé à tout cela, mon visage se reflétait, se déformait sous le regard d’un verre de bière bien trop prophétique. Perdu entre l’enfant et l’adulte avec ce questionnement, plus assez innocent pour l’éluder et pas encore responsable pour m’y résigner.

Toutes les bières ont une fin, même les meilleures, alors que dire des pires qui accompagnent le supplicié depuis la mort de ses rêves. Rien, car la donneuse de vie m’a toujours défendu de jouer les martyrs lorsque j’aurais désappris à répéter, à suivre l’histoire, à l’aimer. A bien y réfléchir, martyr, c’est la solution pour se faire un nom et lorsque l’on n’en a pas autant mourir pour ses rêves. Une fois la postérité acquise, les amateurs de prières, d’Amour et d’histoires hériteront de ma cause et peut-être même de mes rêves. Ils pourront s’ils le veulent, user, abuser et réécrire ma genèse jusqu’à ce que je ne sois plus moi-même avec mon propre nom !

La suite, à lire ici http://souklaye.tumblr.com/post/74186521861/nano-story-aux-quatre-coins-du-cercle-2-4

tumblr_inline_mui11dSPXa1qayy0q

J’avais cinq ans lorsque le petit matin ressuscitait encore ce désir d’immoralité né dans l’un de mes rêves partis trop tôt.
Ces rêves naturels sont une enfance éternelle qui ne peut transiger avec l’étiquette du pouvoir et la nomenclature de la raison, pourtant…

Lorsque ces rêves me quittaient, je ne pouvais m’empêcher de les chercher, de leurs trouver un moyen d’exister à la frontière de la folie. La folie avant l’âge de raison réside dans le fait de ne pas prendre la réalité pour un acquis et surtout de croire en son ami imaginaire. J’étais trop petit pour être un grand et trop grand pour être un petit, le cul entre deux rêves, deux mondes, deux monstres, deux moi. Enfant, la vie ressemblait à celle qui me l’avait donnée et celle-ci avait une réponse pour tout, la vie, la mort et même mes rêves. Se justifiant en exhumant l’Amour symbiotique, la donneuse de vie savait que l’abus de rêves produit plus d’insomniaques que de somnambules.

La suite, à lire ici http://souklaye.tumblr.com/post/64782919574/nano-story-aux-quatre-coins-du-cercle-1-4

Her Diary

20130125-184829.jpg

Un nouveau texte en compagnie des photographies de Bhumika Bhatia  "Her Diary" pour EVER MAGAZINE.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 1 239 autres abonnés