Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2010

Je n’arrive pas à choisir entre Pose ton Gun et Fast and Furious
(Cagoule 0 – Eric Besson 1)

Publicités

Read Full Post »

Cette semaine, au programme de ma boite crânienne : Les derniers Teaser en série et 36-15 Me, Myself & I

Jeudi 1 :  36 15 Me Myself & I : L’Amour est un produit dérivé comme les autres (Definitiv Version)

Samedi 3 : Note de service : Pour un dernier rail chez le marchand de sable

Dimanche 4 Lundi 5 : Teaser en série (30) Moon V.2

Lundi 5 Mardi 6 : “Rythme(s) & Mécanisme(s)” S01 E01 Rmx

Prenez le temps, avant qu’il ne vous prenne

Foutraquement…

Ps : À partie de la semaine 14, il aura le retour de “Rythme(s) & Mécanisme(s)” avec des inédits et de nouvelles rubriques…

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre les frivolités ministérielles et  le contrôle social
(Alain Joyandet 0 – Cybercriminalité 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre la diplomatie explosive et la légalité respectable
(Russie 0 – Rapidshare 1)

Read Full Post »

Une boîte au-dessus de nous, une boîte au-dessous de nous, une boîte dans une autre ou l’inverse et peu importe, je continue à la regarder…

Une boîte sur mesure à sang pour sang pour satisfaire le remords de bénitier de mon karma et les aléas économiques du facteur chance. Elle me colle à la peau, elle m’enveloppe comme personne ne le pourra, elle m’emprisonne à jamais jusqu’à l’expiration de ma garantie, elle me préserve de la lucidité de mon âme, elle me réanime puis m’anime mécaniquement dans les bras d’une autre boîte. Une boîte sur mesure sans cloison ni voisin – sauf exception médicale – pour m’affranchir de ses limites, mon petit pied-à-terre en location, un bordel à ADN par dotation, une fabrique à cicatrices en commun, une preuve circonstancielle pour les pompes funèbres, un album de souvenirs pour faire patienter les autres boîtes. Je n’ai rien d’un écorché vif, elle est tout ce que j’ai, mais elle ne m’appartient pas, elle s’appelle revient.

Une boîte à ciel ouvert dans une tête se refermant sur elle-même, un garde-fou moral ou une évasion idéale avec laquelle je dois négocier à chacun de mes pas de travers sur le droit chemin, à chacune de mes respirations coupables une télécommande à la main. Elle demeure l’ultime rempart à la géolocalisation, elle se présente comme un ami imaginaire à défaut d’être présumé, elle me parle selon son bon vouloir avec un ton paternaliste et prophétique, elle ne condamne pas mes outrages journaliers, elle s’en lave les mains en me laissant seul avec un Dieu quelconque pour négocier le pardon prévisible. Une boîte à faire semblant avec ses semblables, je ne pourrais l’offrir à personne en dépit de mes sentiments d’usine, et oui je suis seul avec elle mais au moins je peux rire de tout sans inviter l’avis de tout le monde. Je finis par croire en elle, à défaut de moi-même et plus le temps nous passe dessus au ralenti, plus on l’aime lorsque les morceaux d’Amour profitent des cimetières pour me quitter.

Une boîte ferme et définitive autour de moi, pour toujours, en attendant le dur labeur des lombrics, cette boîte ma dernière maison et ma première fois d’après la réincarnation, j’en viens à regretter mon HLM, l’agoraphobie du covoiturage à la chambre à coucher, et même les autres. Elle ressemble à s’y méprendre à l’ennui mortel durant ma carrière scolaire tout en me rappelant la léthargie au sortir de table lors des réunions consanguines avec patronyme en commun et intimités divergentes. Elle prononce la fin du bonheur des uns et de la litanie des autres, elle provoque le vide et réclame des comptes en mettant la Foi face à ses responsabilités, elle promet l’infini à qui veut l’entendre au lieu d’accepter les faits. Une boîte à faire la fortune des fleuristes, à ritualiser le pèlerinage des fumistes, à faire gémir et pleurer de rire, à construire les iniquités théologiques, à conserver intacts les liens qui nous sanglaient jadis. Je dois dire enfin apaisé que j’ai finalement trouvé sans le savoir ce que j’ai vainement cherché auprès de mon prochain. La paix ? Soyons sérieux, le silence.

Une boîte au-dessus de nous, une boîte au-dessous de nous, une boîte dans une autre ou l’inverse et peu importe, je me ferai incinérer…

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre la gloire et la rançon
(Semaine 0 – Week-end 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre le pragmatisme moral et le jusqu’au boutisme solitaire
(Le caméléon 0 – L’authentique 1)

Read Full Post »

Older Posts »