Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for septembre 2009

mammouth

Je n’arrive pas à choisir entre un mammouthicide de plus et le spermicide ménager
(-16 000 postes 0 – Les poêles anti-adhésives 1)

poêles anti-adhésives

Read Full Post »

hoologans

Je n’arrive pas à choisir entre le beau jeu et le coût d’un jeunicide
(Plan antihooligans 0 – 500 millions d’euros 1)

un jeune

Read Full Post »

District 9

Il y a ceux qui font les frontières et ceux qui les subissent.

La tolérance a des limites, elles sont monétaires, et quand les caisses sont vides, il faut faire le plein de spectacle.

Le meilleur dans le meurtre individuel, traditionnel, et encore plus dans celui de masse, moderne, c’est peut-être lorsqu’il est réglementé par la croyance politique en vigueur et plébiscité par les émotions de la majorité des cons, en puissance.

Cette double impunité, de la tête et du cœur, garantit une amnésie partielle et le révisionnisme nécessaire à la bonne éducation.

Au regard des réalités administratives, le réfugié de base devrait avoir la décence de penser « exode », avant de parler exil, par souci protocolaire, bien sûr.

Si un quelconque parasitage du patrimoine mondial est concédé par ces principes tendrement séniles qui ont un sens uniquement dans ces livres officiels, oubliés, alors, marcher au pas semble être le minimum à respecter, puis à adorer.

De petits Hommes, haineux, avec des liens trop gros pour les voir, préfèrent l’apocalypse acceptable à un avenir possible, tout cela au nom, du bien, du beau, du mieux.

De petits Hommes, orphelins, jouant à Dieu même le dimanche, imitent presque à la perfection la terreur inoculée dès qu’il n’y a plus personne à qui parler, la nuque inclinée vers ce ciel fuyant.

Le génocide, intelligent et économe, passe forcément par l’avortement.

L’ordre précède inexorablement le changement, dites-vous qu’un peu de chaos ne fait jamais de mal à ceux qui le décrètent, et afin d’endiguer ces menus espoirs d’évasion émancipateur, dispensez quelques cours d’insalubrités et d’insécurités dans votre camp de déconcentration le plus proche.

L’apartheid n’est plus ce qu’il était, la faute à un manque de volontaires, mais qu’à cela ne tienne, une exhumation en bonne et due forme se fera au prix de quelques sacrifices aussi accessoires que symboliques et de la découverte quasi virginale d’un nouvel ennemi commun.

Le mauvais goût de certains pour la pauvreté ne connaît pas de frontière finale.

La plupart d’entre eux ne distinguent pas natalité et pandémie, éternité et provisoire, sentence et promesse.

Si l’on veut faire un bilan honnête, l’humanité est une religion qui a fait son temps et nous ne disposons pas de suffisamment de compassion pour être des animaux, alors que faire ?

L’Homme est un loup pour l’Alien.

Entre nous, entre quatre yeux, si l’on recherche viscéralement de nouvelles formes de vie dans l’espace, franchement, c’est pour mieux les massacrer, mon enfant.

Read Full Post »

Mathieu Bastareaud

Je n’arrive pas à choisir entre le malade imaginable et la téléphagie selective
(Mathieu Bastareaud 0 – Le Zapping 1)

Le zapping

Read Full Post »

Roman Polanski

Je n’arrive pas à choisir entre l’immunité artistique et les bronzés font de la politique
(Roman Polanski 0 – Silvio Berlusconi 1)

silvio berlusconi

Read Full Post »

Salif

Entre présomption de délinquance et légitime défonce, il y a l’enfance.

Bienvenu(e) dans la criminalité culturelle le jour, génétique la nuit et l’inflation des polices d’assurance, choisissez vos stéréotypes les plus fantasques, sans effets spéciaux, n’oubliez pas les bavures scolaires d’usage, voire prémonitoires.

Les plus pragmatiques des échantillons d’émeutiers possèdent le permis de l’excuse automatique et les autres, les patriotes qui s’ignorent, eux, ils aiment un bout de rue, un morceau de département, plus que la tension de la mère sur laquelle ils jurent à longueur de mensonge.

Tu aimes comme tu baises, par habitude, pour faire comme tout le monde.

À si souvent invoquer la rue et son cannibalisme économique, il se peut qu’elle vienne réclamer son dû, en nature, devant ta porte, cher client, sûrement voyeur, peut-être voyou, un jour.

Depuis que la misère est devenue un business, il n’y a plus de combat, enfin si, un jour il a existé, ailleurs que dans les regrets manifestes de nos géniteurs ayant confondu un charnier à ciel ouvert avec un eldorado en perte de vitesse sur le bas côté.

Je ne te demande pas de comprendre, mais seulement de te préparer.

Par une de ces nuits officiellement à but non lucratif, tu trônes le regard vitreux dans le vide sur un banc en décomposition depuis toujours et qui ne tiendrait vraisemblablement plus debout sans toi.

Les légendes urbaines ont la vie dure, la part belle, paraît-il, en espérant que le paradis en option et la postérité bling-brille ne soient pas des publicités républicaines.

Beaucoup confondent la nostalgie et la religion.

La confiance universelle, c’est comme le respect pour les faibles, cela ne se demande pas diplomatiquement, elle s’arrache en courant, les muscles crispés, la peur dans la glotte, le souffle court, les dents et le cul serrés.

Ceux qui longent les murs plus que leurs propres ombres n’ont jamais rien perdu en sang, ni gagné un centime, mais ils ont tout vu, alors ne t’étonne pas qu’ils parlent en droits d’auteur à ta place.

Entre un ami imaginaire et la folie ordinaire, il y a l’enfance.

Read Full Post »

serment d'hippocrate

Je n’arrive pas à choisir entre l’extorsion médicale et le monopole légitime

(Serment d’Hippocrate 0 – Benoît XVI 1)

VATICAN-POPE-CONCLAVE-RATZINGER

Read Full Post »

Older Posts »