Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juin 2009

the pirate bay

Je n’arrive pas à choisir entre le militantisme monnayable et l’identité nationale
(The pirate bay 0 – le délit de faciès 1)

délits de faciès

Publicités

Read Full Post »

qui est le bossssss

Je n’arrive pas à choisir entre l’argent du bonheur et les mains qui chantent
(Bernard Madoff 0 – Cheb Mami 1)

un homme à femmes

Read Full Post »

le petit pays

Je n’arrive pas à choisir entre le passe-droit de l’intégrisme et la culture des congés maladie
(Vatican 0 – les instituteurs 1)

instituteur malade

Read Full Post »

etre partout et tout le temps

Un dimanche quelconque au début des 90’s, dans l’une de ces enclaves champignon oú Dieu est une alternative valable à une cirrhose de la foi républicaine.

1m40 de puchlines anticléricales et 50 kilos de rejet d’intégration pour les nuls, voilà ce que mes 10 ans avaient à opposer à la mythomanie dominicale mi théologie pour les croyants et mi café du commerce pour les pratiquants.

Quand on est le seul petit nègre de l’église en province et avant que Mickaël Jackson n’affranchisse les beaufs de leur racisme à bas prix, on fait silence.

On avale l’étouffe chrétien apéritif et on prie pour un échantillon de cubis afin  d’humidifier la rampe de lancement de ceux qui découvriront que Dieu fond dans la bouche.

(merci d’appliquer cette boutade aux religieux de votre confession la plus proche, la direction se refuse d’envoyer tous les catholiques aux lions)

carre_blanc

Ma première punition vient du côté scolaire de la messe entre le contrôle continu et la pédagogie pour les brebis.

La vérification de la connaissance des paraboles accompagne les récitations à l’unisson et l’affirmative des hypothétiques désirs du vendeur d’au-delà.

Je me suis toujours demandé ce que cachaient les regards des fidèles durant les oublis de partition du prêtre.

L’amour de son prochain induit-il systématiquement une suspicion de tous les instants et surtout encourage-il la concurrence et la rentabilité de la ferveur?

En fin de représentation, les clients espèrent secrètement et toujours un rappel qui ne vient pas, en levant les yeux vers la voute en arc d’ogive attendant une de ces subventions laïques dispensées au premier signe d’épuisement de la législature en place.

La troisième mi-temps spirituelle se transforme en comptoir pour spiritueux, mais de quoi pouvait-être faites les polémiques entre la chute du mur de Berlin et la première Guerre du Golf?

De pas grand chose à vrai dire, comme de nos jours, un peu d’animalité sportive, quelques flatulences politiques, beaucoup de diplomatie familiale…

Alors, j’ai quitté le peuple de la terre plate pour le troupeau du ballon rond.

Avec le recul, ce fut une bonne décision pour de mauvaises raisons.

Dieu

carre_blanc

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Chers membres de l’observatoire des sociétes mourantes,

Non, je ne vais pas mettre le blog en stand by.  Mais durant l’amnésie estivale, je vais travailler sur la revue « Le Déserteur », ainsi que l’album de Sardabi et préparer la sortie de mon recueil de poésie « Portraits robots et poupée de chair » le tout pour l’automne.

Cependant, il y a aura chaque jour des « certitudes du doute… » ou des « Ghost Post » et cela jusqu’au 7 septembre.

Foutraquement

SS

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Merci à l’oeil de la baronne

Read Full Post »

retour de bavure préventive

Je n’arrive pas à choisir entre la démocratie à coups de mortiers et 39% de démocrates
(Sevran 0 – Hénin-Beaumont 1)

élection 1

Read Full Post »

pour un mariage heureux

Je n’arrive pas à choisir entre le bonheur du mariage et la retraite post mortem
(Les diamants de sang 0 – Fillon 1)

le futur retraité

Read Full Post »

le nageur de la jungle

Et plouf dans une piscine sans eau

J’ai fini par me lasser de me noyer dans un verre d’eau, j’ai opté pour le verre vide,

Quand même le rocher ne suffit plus à la condamnation du monde, on se rappelle qu’il y a des rives,

Et, peut-être avec des gens tout autour qui coulent à pic mais qui flottent en surface,

Alors est-il préférable de combatte le courant ? De suivre le mouvement ou de vivre en apnée sans se regarder dans la glace ?

Le jour où j’ai appris à perdre pied, j’ai arrêté de sombrer pour rien par peur du lendemain,

Par hantise de ce qui n’a jamais existé, mais avec un masque et un tuba, je peux me cacher en ressemblant à tout le monde en vain.

carre_blanc

S’inventer des problèmes pour nier les possibilités

Depuis que l’on peut choisir sa galère, l’esclave bénévole est synonyme de confort matériel et de promotion,

La dictature n’a jamais été aussi douce parce que la censure a un arrière goût de liberté d’expression,

Ici tout le monde peut crier au crime quand il n’y a plus de mobile,

La guerre des mémoires occulte l’avenir en commun par amour des frontières et de la Bible,

Heureusement que les soldes existent pour réunir les Hommes et leur passion pour l’égoïsme,

Tour s’achète même la dette, même la crise, même tes enfants et surtout l’universalisme,

Soit dans la peau d’un produit presque unique, soit avec un tatouage sur ta peau, afin de marquer différence,

Une déférence de plus à tout ce que tu dénonces tout en t’en nourrissant, remercie l’opulence.

carre_blanc

Course poursuite vers l’épitaphe

Des plus rapides aux plus vicieux, j’observe les participants dont leur ADN les empêche de faire acte de présence, ils courent avec les mêmes battements de cœur et l’unique bienséance du cul, car ceux qui encaissent le plus se souviennent le moins de la douleur, je les croise, ils m’effleurent, nous nous haïssons en toute diplomatie, l’indifférence est un luxe pour grabataire et l’âge de la retraite ne sera qu’un fantasme pour moi.

carre_blanc

En stand by sur la scène

Des marches militaires pour enfants se conjuguent aux allers-retours de venin dispensé par leurs génitrices,

ceux qui noircirent des bouts de pages dérobent des images au ciel et à ses caprices,

Les prostates déclinantes se délectent du spectacle des écluses décadentes,

Pendant que le soleil me tape sur le système et qu’il alimente les doléances des fanatiques du bronzage et de la diète,

Sur le bas côté les témoins regardent la Seine, mais elle, elle baisse les yeux, elle évite ces vérités qui dérangent,

Les voyages s’achèvent dans la confusion, entre ceux qui restent sur leur faim, ceux qui rendront l’âme et ceux qui s’en arrangent.

carre_blanc

(Portraits robots et poupée de chair, Sylvain Souklaye. A paraître automne 2009)

Read Full Post »

Older Posts »