Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for février 2010

Je n’arrive pas à choisir entre une image idéalisée et une mémoire approximative
(Vintage 0 – Nostalgie 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre le réalisme et la science-fiction
(Plume 0 – Clavier 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre le poids de la gravité et des vacances en apesanteur
(Le sérieux 0 – Le ridicule 1)

Read Full Post »

Je voudrais très sincèrement – en croisant les doigts – suivre le mouvement des mensurations idéales et du QI pour tous afin de m’éviter toute réflexion plus futile que fugace, mais personne ne fera passer un crash-test pour du morphing. La transformation est le maître mot de tout bon hold-up qui se respecte, elle justifie tout et veut notre bien. Mais cette mutation, outre le fait de satisfaire le plus grand nombre et de conforter dans leur modernité ses commanditaires, laisse sur le bas-côté les plus vieux, les plus lents, les plus indigents et pire, ceux qui n’opinent pas du sous-chef à la moindre évocation du futur du conditionnel…

Je copie donc je suis, je colle donc j’ai été. Puisque l’imagination est morte étouffée dans l’autofiction et que la créativité n’a jamais existé au-delà des mains droites hyperactives, embrassons goulûment le règne du copier/coller. Lorsque l’impossible est devenu encore plus banal que la passivité, la messe était dite. Je voudrais bien faire preuve de l’une de ces dilatations d’esprit dont l’industrie du prêt à penser a le secret, mais la culture des 3/8 laisse peu de place aux fantaisies existentialistes. Faire du plagiat une hygiène de vie, voilà le challenge en passe d’être converti en révolution participative !

Je crois que celui qui tisse des liens est moins néfaste que son destinataire et celui qui reproduit le schéma. Qu’il est beau le progrès, maintenant l’usine est dans notre salon et on l’en remercierait presque ! Artistes en tous genres, créateurs amateurs, promoteurs convaincus et propagandistes nés dans une carte de presse, rengainez vos indignations stériles et votre Histoire partisane, je vais m’expliquer devant vos yeux ébahis et la time line de vos vies complémentaires. Je veux bien humblement admettre que tout et n’importe quoi peut légitimement être considéré comme une œuvre par les constructeurs de régime culturel et je veux bien m’acquitter de ma part d’O2 en concédant quelques actes de contrition envers le futur en pièces détachées et pixels immaculés, mais jamais au grand jamais, je ne donnerai du sens à ce communautarisme à 29,90 euros où embrigadement rime avec divertissement ! Rien de grave me direz-vous, alarmisme, fatalisme et paranoïa éructerez-vous. Soit, mais quand chacun commence à mettre un masque et à changer de nom pour appartenir à un groupe ce qui doit arriver arrive.

Il y a fort à parier que nous serons sûrement sauvés par nous même entre le cannibalisme économique, la boulimie affective et notre instinct nouvellement chronophage. Je ne sais pas, c’est tout ce dont je suis à peu près sûr et à partir du moment où tout devient une vérité – immédiate – c’est qu’elle n’a jamais vraiment existé dans notre époque à fabriquer du vide.

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre l’aveuglement du portefeuille et la conscience tranquille
(Rwanda 0 – kit anti-suicide 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre l’hégémonie pour tous et 20.000 chômeurs de plus
(3G 0 – Loterie Nationale 1)

Read Full Post »

J’aimerais parfois que le temps me parle comme il me tue,

avec une voix froide, lente, sans sentiments ni issues

Il a plus d’humour que de compassion, alors je pleure

ceux partis sans prévenir, en prenant en otage ma mémoire,

ma nostalgie, je la vis mieux au passé et j’en rirai au futur,

l’angoisse logée dans le ventre et mon crâne percutant le mur

Plus je le cogne, moins je nous oublie en rejetant ta greffe

Plus je compte, moins il me reste à dénombrer de souffle,

de gens bientôt anonymes, d’images impersonnelles, de toi,

les remords partagés, eux, enfantent des regrets avant la Foi

Je pourrais ne plus te voir ni t’entendre ou te sentir, tête baissée

Si je ne devais ne plus te toucher, je perdrais mon reste d’humanité

À quoi bon mourir, à quoi bon prier, si je n’ai plus rien à perdre,

rien à offrir, rien à convoiter, libre de la trotteuse, pourquoi attendre,

des murs, des planches, tes hanches, j’aime plus la prison que je ne la hais

J’y fais la pluie et les condamnations car je mens mieux que je ne me tais

Read Full Post »

Older Posts »