Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘traumatisme’

Ma vie préfabriquée, grise, lente, raillée est intégralement cernée par une émission de télévision qui s’intitulerait les Maçons du cul où nul ne pourrait échapper au devis de l’entrepreneur. Comme cela va de soi, l’argent forcement sale et la violence notamment criminogène en sont ses dépendances. Avec un compte en banque dépressif et une masse musculaire à même les os, voilà mes options. Un programme de haute tenue oscillant entre la philanthropie hypothétique et la proctologie expiatrice, et vous êtes priés de dire merci en sortant. À force de voir en boucle l’industrie monde comme une immense succession de collusions, de collisions, de chair en fusion, désabusée et hypnotisée, je ne vois plus de gens, plus de genres, tout est mixte, puis asexué ! Rideau. Encastré dans mon lit une fois la nuit effondrée, je pourrais prendre mon pied mais je lui préfère ma tête, sans la garantie que cela serve vraiment à quelque chose ou à quelqu’un d’autre…

Dans mes jours sans coma, ni cauchemars, j’arrive à respirer sans m’étouffer à la vue des barbelés encerclant mon jardin d’enfant et lorsque pris d’un espoir panique je ne fonce pas contre les murs, ce sont eux qui me percutent de toutes mes tentatives avortées. Totalement sonné et quelque peu résigné, je retourne sur mes pas – qui m’attendaient sagement – trouver une occupation moins dangereuse que ma propre soif de liberté. Pour passer le temps, les honnêtes gens gesticulent en aboyant au reste de la création le bilan comptable de leur générosité – exonéré d’impôt ou de purgatoire – moi je préfère ma culpabilité où je trouve mes motifs plus justes, ceux-ci passeront les caprices des modes humanitaires. Arf… Certes ce n’est pas grand chose, mais je n’ai pas dans le sang le courage de la vengeance et à force passer mon chemin pour oui pour non, j’en ai perdu le goût de la marche et le sens de l’orientation.

Mais le plus naturellement du monde, le cul vissé à ma chaise, je ne peux guère que tourner sur moi-même pour trouver la bonne direction et prendre la bonne décision. Mon panorama journalier composé au minimum de téléphonie aliénante et de micro-informatique décorative complète à merveille un cortège de pin-up sur fond de tapisserie agonisante, elle-même asphyxiée par ce subtil mélange de renfermé et de nicotine où la lumière du jour s’aventure accidentellement par quelques fissures, uniquement les jours de canicule, pour indiquer au ventilateur qu’il est en panne. Cette oeuvre d’art ressemble à s’y méprendre au design de ma boîte crânienne et au démantèlement urbain en perpétuelle reconstruction. Alors, pour me plaindre et gagner du temps sur mon acte de décès, je pourrais le plus tranquillement du monde parler de prison. Soit, mais j’aime à penser que je vis des vacances pas comme les autres et que la vie est une chienne ou une main droite.

Une fois que j’en ai fini avec la minute obligatoire de plaisir personnel, le corps à l’abandon et l’esprit en suspens, presque lucide, j’arrive durant très peu de temps à me voir comme je suis, sans mon costume d’enfant trop petit pour la douleur d’un homme qui ne veut pas en être un. Que les choses soient claires, je possède plus de flashs de paumes de main s’abattant sur moi que de photographies de goûter d’anniversaire artificiel. Je fais avec, et vous ? En redescendant sur terre, je suis blafard, blême, voilà le visage qui me va le mieux, mon masque attitré sans fanatisme ni faux semblants. Soyons francs, je ne sais pas qui joue le mieux au poker menteur entre ma mémoire et moi.

Je perds souvent d’ailleurs, et dans ces occasions – privilégiées sans canapés – en reconstituant la scène du crime et la partie de puzzle, il m’arrive sur un malentendu d’inventer des univers parallèles qui dissocieraient les méthodes de la morale. Dans un autre montage de mon histoire passée, j’aurais même le pouvoir de pouvoir. Mais cet endroit intime entre mon imagination et ma mémoire ne vend que des échantillons et aucun mode d’emploi. Dans cette pièce secrète quelque part dans ma tête je côtoie des images trop parfaites pour être vraies, des issues finales qui ne m’amènent qu’à d’autres poignées de portes cachant une autre pièce et je subis malgré moi des sentiments étrangers, refoulés, oubliés. Je ne sais pas qui ils sont, peut-être des rêves, mais je réclame une trêve ou un réveil matin. J’ai peur de toutes les fins, alors je ne termine jamais rien.

Peu importe ce que me demandent, me suggèrent ou m’intiment ces voix qui veulent mon aide, prétendent à mon bonheur ou m’ordonnent comment aimer, travailler, uriner. Je n’écoute plus rien, je n’entends plus rien. On a tellement pensé à ma place que je suis pas sûr de vouloir savoir qui je suis. Et l’image que l’on a de moi finit peu à peu par me satisfaire. Elle ne veut rien et cela me va car nul ne survit à son enfance et encore moins à ses démons.

Dans ce cas qu’y puis-je du poids de mon héritage paternel ? Accepter que les autres le voient à travers moi ? Jouer le jeu en l’imitant jusqu’à l’aimer ? Le tuer une fois pour toute afin de lui échapper ? Ce ne sont pas des options, mais des culs-de-sac !

Parfois lorsque je sème provisoirement mes flashbacks, j’ai la confuse impression – incarcérée dans mon train-train quotidien – que je ne suis que de l’ADN en perdition avec un patronyme pour toute explication et consolation. Heureux que je devrais être d’avoir eu une famille, même en décomposition, et un toit miséreux avec une porte qui se refermait à l’usage sur la loi. Ne pas savoir, c’est souvent mieux que penser comprendre.

Ce qu’il y a de pire dans tout cela, c’est de ne jamais avoir connu la défaite car personne à combattre ! Alors, pour occuper mon temps libre et occulter mon tourment, je trouve des missions de sauvetage à ma mesure, des plans parfaits – enfin à peu près – qui ne réussiront jamais – à coup sûr – et ce n’est pas grave au fond, personne n’est au courant. Avec du temps et un peu d’argent, je finirais au moins par sauver la face dans ce no man’s land où chacun fait profil bas, plus bas que terre. J’aurais enfin mon but, à moi, mon signe extérieur de détresse. Secrètement je me persuade que les parois étriquées du monde qui somnolent toujours et encore, termineront leur course à mes pieds, alors enfin j’aurais gagné, par abandon, par arrêt de l’arbitre, par patience…

Et là quand il n’y aura plus de décor pour me maintenir debout, aurais-je de quoi souhaiter ma libération ? Plus de démons, plus de sauvetages, plus d’attaches, juste la vie devant moi, c’est plus effrayant que palpitant, j’en crèverais presque ! Comme tout fantasme, le meilleur moment est encore le laps de temps où on l’espère sans trop y croire et lorsqu’il arrive on est forcément déçu, il était plus beau dans ma tête, plus beau sur internet ! Ce sont les choses qui n’existent pas qui nous font avancer, ce que l’on peut saisir, on l’a déjà oublié. J’en suis précisément à un moment, dépourvu de questions et débarrassé des réponses, où je me sens renaître en laissant derrière moi les statistiques et la fatalité.

Publicités

Read Full Post »

Si vous voulez un conseil, passez votre chemin, non, en fait restez finalement et suivez à la lettre les instructions de ce kit de survie entre gens biens.

À vrai dire, je ne me rappelle plus exactement – ou je fais semblant – comment tout cela est arrivé en un instant, avant je savais où me mènerais ma destinée statistique et puis après je doutais même que cela se soit déroulé. Vous savez, les accidents, je peux les comprendre, la maladie, je peux l’admettre, mais la folie aléatoire en communauté, prononcée par un anonyme du bout de son index, je ne veux l’accepter, sous peine d’être tentée à mon tour de me taire pour toujours. Ce qu’il y a de plus effroyable dans le silence, hormis sa présence, ce sont ses premiers bruits étouffés, isolés, uniques qui persistent et résonnent tel une peur primaire des glandes salivaires et des reins qui fuient.

Lorsque la lâcheté se propage pour mieux nous guider dans le noir, certains sont tentés de refuser tout net son aide illégitime, comme si la morale qui leur servait de tuteur et la loi qui les maintenait dans le droit chemin allaient ensemble répondre à la question de la vie après la mort en offrant à la science et à la rubrique nécrologique un bouclier de chair et de sang. Depuis ma tendre enfance – comme le veut l’expression – je regarde les Hommes tomber pour des idées plus ou moins bonnes, mais ils ne se relèvent que très rarement pour corroborer leurs théories. Avoir raison, cela doit être une histoire de verticale. Je voudrais quantifier le poids sur nos épaules, puis je pourrais qualifier cette certitude qui embrase la mortalité, mais le courage été inventé pour ces moments précis, alors j’abandonne.

L’héroïsme, en voilà un mot qui force le respect, sépare les cadavres, justifie la violence et alimente le suicide en uniforme. Etrangement ce sont ceux qui lui sont totalement indifférents qui en parlent le mieux. Je préfère l’évoquer au futur plutôt que ravaler mes sanglots au présent. Finalement l’héroïsme est une croyance où chacun a sa chance, enfin certains plus que d’autres.

Le seul inconvénient avec l’héroïsme demeure sa durée limitée et la création quasi immédiate d’une autre opportunité de l’invoquer, mais l’existence est une entreprise qui ne laisse que peu de place au hasard et au libre arbitre en pourvoyant des substituts adaptés à toutes les névroses possibles et imaginables. Dieu, l’Amour ou la chance : nous vous présentons le triptyque infaillible tenant à la fois du réconfort absolu, de la promesse éternelle et de la potentialité de duperie nécessaire à tout bon travail à la chaîne. Je n’ai pas encore fait mon choix, mais je me vois mal donner mon âme ou mon cœur à qui que ce soit.

Si la détresse devient trop forte, n’hésitez pas à sonner l’alerte en entraînant le plus de personnes possible dans votre délire au caractère divin, la pitié du troupeau est à ce prix et lui n’attend que des occasions comme celles-ci pour briller de toute son humanité, de toute sa communauté. La souffrance, il n’y a pas à dire, elle est de meilleure facture que la solidarité, universelle et injugeable à la fois, une arnaque parfaite pour le service après-vente post-traumatique. Le passé de ce moment perdu me manque intimement comme s’il s’était procuré sans permission une partie de mon âme. Je l’ai vu fuir des lieux de la scène du crime en commençant par la gâchette pour continuer le long du canon encore fumant se retirant de ma boite crânienne pour enfin finir sa course effrénée contre le mur du fond fraîchement repeint.

Nier ou accepter les évènements, cela revient plus ou moins à la même chose, le point fixe de la réalité se distord fonction du nombre de croyants, de la mémoire résiduelle, du culte de la vérité en vigueur et, le plus logiquement du monde, tout et son contraire engendrent des souvenirs parcellaires et des rémissions jetables. Dans ce cas de figure, il est plus que tentant de rendre ainsi service à la communauté en laissant sa psyché à la disposition d’un professionnel des neuroleptiques pour se retrouver à l’arrivée avec plus de problèmes qu’au départ, ceci étant cela en dit beaucoup sur la santé mentale de notre liberté capitonnée. Il ne reste que mon casque d’écouteur ou la petite voix dans mon crâne pour endiguer ma perdition en pilote automatique, un sourire en devanture pour tous.

La différence entre un incident et un accident, c’est que généralement le premier se prend très souvent au sérieux et que le second s’excuse presque d’exister. Pourtant les deux interfèrent dans le trafic humain pour mieux le fluidifier, à bien y réfléchir. Dans le cas particulier d’une maladie en commun, le premier et le second conjuguent leurs efforts pour mieux cautionner le masochisme de chacune des parties et montrer du doigt un inaccessible à la portée du premier venu, faut-il encore que tous ces excès que l’on traduit par d’irrépressibles besoins, soient en réalité de vulgaires envies. Je crois que la mort anodine donne de la vie à ceux qui ne font qu’en parler, que la regarder, que la rêver à travers un fantasme sur mesure – le voisin dans son lit, l’inconnue de l’autre côté.

Pour revenir au point de rupture lorsque l’on voit les choses, puis les gens nous échapper sans que nous puissions prétendre à avoir la moindre incidence sur celles-ci, il faut revenir à la base de tout, à l’animal qui est en nous et dont la peur primale nous préserve de notre intelligence surcôtée au moment d’éviter les balles vaguement perdues. Je vois encore au ralenti les mouvements d’une échappée chaotique touchés en pleine course vers la sortie la plus proche par un projectile ne possédant pas plus de raison que son propriétaire, je sens l’atmosphère électrique et l’effroi latent dans ses respirations saccadées et hébétées, le temps qui fait une pause, les oreilles confuses et le pouls désinhibé de toutes les ordonnances. Tous les jours, je me soigne de ces images en m’emprisonnant dans d’autres.

Mais au final, même les meilleures évasions ont un terminus, car à marcher seul toujours et encore, trop souvent, on se lasse même de la liberté qu’offre la solitude. Le déni a ses limites dès lors qu’on n’a plus personne à regarder en se retournant. Ce sont les autres qui nous ramènent sur les rails bons ou mauvais puisque la folie n’est pas un moyen, mais une fin. J’aurais plus de temps qu’il ne m’en faut pour customiser ma psyché et accepter, accéder aux évidences en vente au pays du bonheur pragmatique, et voilà, nous y sommes au moment du happy end qui ferme des portes pour ne pas assumer la suite…

Read Full Post »