Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘roman’

…Que je reprenne les armes de l’encre bleue dans les veines et de la poussière familière plein les mains, je regarde les pixels d’un côté et la fenêtre de l’autre. Certains préfèrent se lier jusqu’à l’asphyxie, les autres optent pour la défenestration, moi je choisis le pourrissement en trônant dans mon siège solitaire. Dans chaque cas, la mémoire se dépeuple en apprivoisant le temps à mesure que celui-ci prodigue ses bons offices. Et entre ses deux vies, durant un bref instant, je sers de passerelle à deux mondes qui se croisent trop souvent pour être heureux, ensemble.

 

Il est midi ou peut-être minuit, j’ai les paupières trop lourdes pour me faire un avis sur le sujet et mon ventre fait la grève de la faim en maugréant à qui veut l’entendre que mon frigo ne le respecte pas assez. Alors, je décide de prendre l’air en marche arrière, je remonte ma timeline à l’aide des frusques d’un autre âge pour mieux claquer la porte sur ce présent parlant au futur. L’ascenseur – pour propriétaires dans le formol –  est aux abonnés absents, il ne me reste qu’à surfer sans perdre pied d’un pas léger sur ces escaliers accidentés. Mais une fois la ligne d’arrivée franchie, aucun triomphe, juste une autre porte, le monde et le reste de l’humanité.

 

Tandis que la nuit somnole encore et que le petit matin apprend qu’il est victime d’une gueule de bois dont il n’est pas coupable, je joue à l’homme invisible au milieu de personne. Pour sûr, Paris s’éveille et sent ses excès, puis ses excuses. À peine mon exode sur le bitume est-elle commencée qu’une légion entière de mots  pourchasse ma caboche de fortune qui ne demande que le vide. Soit, mais à trop presser le pas, poursuivi par moi-même, je finis par prendre de la vitesse pour cracher mes poumons à la face de mes contemporains. Puis, pendant que le ciel dérape et joue à la bipolaire de service en pleurant par intermittence, ma vision se dilate et le décor se déforme. Les jeux sont faits, la faim me guette ou la folie me gagne, à vous de me dire!

 

J’ai atterri ici parce que c’était écrit par le GPS suprême. Rien de tout cela. Je voulais juste échapper pour quelques heures futiles à ce roman – fait de chair et de sang – qui parle un peu trop de moi. Il faut croire qu’il a plus d’emprise que cette poisse républicaine qui me colle à la peau ou à ce genre humain qui me réclame toujours et encore plus d’amour sans rien en échange. De pages vidéo en pages blanches, enfin maculées de ma mémoire, parfois sélective, souvent partielle, toujours cannibale et moi, et moi, et moi, je prends la pose. Personne ne m’a ordonné de m’infliger de tels sévices à longueur de nuits blanches, mais j’ai toutefois l’intime conviction que ma tête est trop pleine pour continuer son travail à la chaîne. Mais pleine de quoi?

 

Je me suis perdu dans mes pensées, à la dérive entre les plaques commémoratives des illustres qui sont nés et morts à un moment donné. Et pour changer, j’ai échoué sur un banc scarifié avant de prendre un arbre en frontal ou de l’encre de pigeon par les airs. Le derrière en évidence, je trouve mon équilibre tout en ne respirant plus. Secrètement, je dois espérer que tout s’arrête et que quelqu’un viendra me sauver. Réflexion faite, je suis trop pragmatique pour songer à la postérité du romantisme, surtout lorsque mon public se compose de mon chat et de son armée de poils sécessionnistes. Soit, mais avant de penser au modèle économique de mon merchandising et à l’oisiveté de mes ayants droit, je vais aller faire un acte insensé! Écrire sans rien attendre en retour.

 

———————————————————————————————————————————————————————————————–

Ps : Chers lecteurs, apparemment, tout change, mais rien ne dérange. Ainsi, je vais quitter ma peau, passer de WordPress à Tumblr, arrêter les nouvelles pour commencer des nano story, et dans ma vie à force de conjugaisons abusives, je vais arrêter de survivre pour mieux en faire un livre ou deux, ou non, ou plus…

Publicités

Read Full Post »

Jamais sans ma fille

« Merde, putain de bordel de merde », pensais-je, mais je suis resté sans voix, les pupilles dilatées, la pomme d’Adam figée, les doigts tétanisés, le corps crispé, le rectum sous pression, le compte en banque en deuil en voyant mon iPod se précipiter au ralenti dans le vide, en direction du rez-de-chaussée depuis le 6e étage, sans ascenseur ni airbag.

Le mal est fait, mon baladeur du futur – sans retour possible – a avalé son bulletin de naissance et sa garantie d’un an.

En outre, ce décès prématuré me ramène à la réalité sociale, avec des parents qui ont toujours vécu a crédit, je ne pouvais que vivre au-dessus de la fin. Le plus étrange à bien y réfléchir, c’est cette douleur sourde qui émane de quelque part entre ma tête et mon nombril, comme si je m’étais trop confessé à cette petite chose qui ne répond pas lorsqu’on lui parle un de ces lundis matin où l’on est déjà en retard sur son week-end.

J’ai vu s’envoler tour à tour de fugaces instants de banalité entre amis, ces musiques qui en disent plus sur moi que je ne les connais, et peut-être aussi ce que ressentent mes doigts sur le clavier tactile. Je ramasse la dépouille de mon compagnon d’agoraphobie, tout en murmurant tendrement que je suis devenu incapable de me souvenir sans lui.

carre_blanc

La mémoire dans la ferraille, dans le plastique, il ne me reste que le Refurb Store pour lot de consolation, disons que cela est toujours mieux que les pouffements maladroitement étouffés de mes congénères qui pensent souvent à plusieurs, mais rarement seuls.

La foule, cannibale et voyeuriste, ne connait pas la pitié, elle se nourrit de moments de détresse, de la moindre faiblesse. Cerné de toute part par ces gens comblant les cases vides dans mon agenda, je suppose qu’ils rigolent intérieurement, eux les fétichistes équipés d’albums photographique, de bibliothèque, de vinylothèque qui jugent que la centralisation à outrance et la dématérialisation générationnelle amenuisent la, leur culture ou plutôt son économie, comme si Gallimard et Universal leur appartenaient.

L’argent est une vérité plus honnête que les bons sentiments.

Après avoir écouté religieusement leurs prédictions alarmistes sur l’avenir de l’industrie culturelle entre anticipation techno-fumiste et Oui-Oui et son taxi, du type « On perd l’essentiel dans l’accessoire », vraiment profond, je prends congé de mes amis les hyènes – plus propriétaires que nomades – pour le dehors, sans écouteur pour en faire abstraction.

carre_blanc

À l’extérieur. Un mélange de préméditations guettant leurs heures et d’un laisser-aller général, coupable, à l’abri de la grande ombre.

Jamais ma paire de steadycam n’a été autant a l’affût, la nuit avait donné son verdict depuis l’happy-hour, on n’y voyait rien dans cet écran de fumée couleur nègre, mais on entendait, trop, peut-être que j’écoutais tout, des prostituées prenant leurs poses syndicales avant de régler leurs impôts directs en passant par le son des impacts de bile sur le bitume, de mineurs n’ayant pas compris que les chiffres « 8 .6 » n’étaient pas là pour faire joli.

La démarche mi prédatrice, mi militaire, je bute cycliquement contre détritus et tessons de bouteilles presque vides tombées en disgrâce d’une de ces poubelles pleines depuis la sortie des lycéens et la rentrée tardive des manutentionnaires cherchant une raison de continuer encore une fois de plus, demain avant que le jour ne se lève.

Je me fie à d’infimes lumières mourant en se réfléchissant parfois sur le sol mouillé, souvent sur ces enseignes en berne de commerces s’alignant sur les horaires de bureau de la mairie.

carre_blanc

Quelques clochards plus tard, j’émerge de la pénombre, passablement hébété au sortir de cette apnée dans le néant de l’humanité, puis le voile laisse place à un quai colonisé par plus de bruits que de voix, c’est ça la lumière, c’est forcément des gens.

Comme par hasard, ce soir, je n’ai pas d’Ipod pour me préserver de la cacophonie donc je me rapproche. Je distingue une tribu, une de celles où ses membres ont les moyens d’être contre le système, le gouvernement ou leurs parents, l’été campant au bord des fleuves, l’hiver végétant dans leur squat de luxe, les vêtements et la peau troués juste là où il faut, ces malheureux prônant la liberté individuelle d’une même voix.

Une fois à portée de propagande des « néo quelque chose », le chef de meute de ces anticonformistes blonds m’alpague par un « mon frère » à croire que mon géniteur a appliqué à lettre le concept de la polygamie, à moins que ce soit l’une de ces familiarités que l’on alloue communément, affectueusement, aux animaux de compagnie.

D’humeur triviale, je me rapproche des autochtones qui se débattent pour exister entre le langage des 4ème de couverture d’ouvrages de philosophie qu’ils n’ont jamais ouvert et un semblant d’argot banlieusard mal digéré après la dernière visite de leurs dealers sponsorisés par Lacoste. L’un d’eux arbore un large sourire, ainsi que le message suivant « Je suis mort depuis bien trop longtemps, mais je suis toujours en vie, ici et là ». Nihilistes de supermarché et penseurs de bac à sable, bonsoir.

C’est bien ça l’idée, les objets reflètent le mieux ce que l’on doit penser (à défaut d’être) : un piercing, du textile, un pass Navigo…
Un ordre cela reste un ordre, peu importe sa nature, on communique de l’œil à l’objet dorénavant, c’est sûrement le meilleur moyen de briller en société, quelle qu’elle soit ou telle qu’on la voudrait.

carre_blanc

« – Hé, Man, tu veux tirer une taff ?

– Non, merci je ne fume pas, pourrai-je savoir ce que vous faites ici en pleine nuit ? C’est une orgie platonique ou une tentative de suicide collectif au THC ?

– Toi t’es du genre à répondre à une question par une question, caustique quoi, waouh, tu fais du stand-up c’est ça ? Fume Man, soit cool, on refait le monde, on veut laisser une trace dans le monde, une empreinte man dans l’univers ! Emanciper les esprits en suivant nos propres règles…

– Une trace ou une preuve ? Je ne sais pas si le fait de laisser une empreinte de vos culs rachitiques en cercle servent à quoi que ce soit vos grands desseins, par contre vu les proportions de mauvais shit qui traîne négligemment à vos pieds, un petit tour en cellule de dégrisement serait une excellente opportunité de confronter vos théories fumeuses à une réalité humide, non ?

– Waouh, t’es un de ces matérialistes à la solde de Babylone man ! Un de ces cyniques avec la chemise bien repassée et le truc d’Apple dernier cri man !

– Ha ! Désolé si je ne suis pas assez bien pour votre liberté de penser, mais entre la propagande d’amphi, le totalitarisme à la cool et l’apologie des stupéfiants pour un monde meilleur, quand avez-vous le temps de goûter au libre arbitre dans tout ça ?

-… »

Après une minute de silence, je quitte les libertaires d’une saison, ceux-là mêmes qui rentreront dans le rang d’une école de commerce aux petits matins de leur premier bad trip, puis en retrouvant la nuit sans un bruit, je me dis que plus je connais les Hommes, plus j’aime mon Ipod.

Read Full Post »

Kindle

Je n’arrive pas à choisir entre la révolution commerciale et banalisation nationale
(Kindle 0 – Bloc Identitaire 1)
bloc identitaire

Read Full Post »