Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘penser’

…Que je reprenne les armes de l’encre bleue dans les veines et de la poussière familière plein les mains, je regarde les pixels d’un côté et la fenêtre de l’autre. Certains préfèrent se lier jusqu’à l’asphyxie, les autres optent pour la défenestration, moi je choisis le pourrissement en trônant dans mon siège solitaire. Dans chaque cas, la mémoire se dépeuple en apprivoisant le temps à mesure que celui-ci prodigue ses bons offices. Et entre ses deux vies, durant un bref instant, je sers de passerelle à deux mondes qui se croisent trop souvent pour être heureux, ensemble.

 

Il est midi ou peut-être minuit, j’ai les paupières trop lourdes pour me faire un avis sur le sujet et mon ventre fait la grève de la faim en maugréant à qui veut l’entendre que mon frigo ne le respecte pas assez. Alors, je décide de prendre l’air en marche arrière, je remonte ma timeline à l’aide des frusques d’un autre âge pour mieux claquer la porte sur ce présent parlant au futur. L’ascenseur – pour propriétaires dans le formol –  est aux abonnés absents, il ne me reste qu’à surfer sans perdre pied d’un pas léger sur ces escaliers accidentés. Mais une fois la ligne d’arrivée franchie, aucun triomphe, juste une autre porte, le monde et le reste de l’humanité.

 

Tandis que la nuit somnole encore et que le petit matin apprend qu’il est victime d’une gueule de bois dont il n’est pas coupable, je joue à l’homme invisible au milieu de personne. Pour sûr, Paris s’éveille et sent ses excès, puis ses excuses. À peine mon exode sur le bitume est-elle commencée qu’une légion entière de mots  pourchasse ma caboche de fortune qui ne demande que le vide. Soit, mais à trop presser le pas, poursuivi par moi-même, je finis par prendre de la vitesse pour cracher mes poumons à la face de mes contemporains. Puis, pendant que le ciel dérape et joue à la bipolaire de service en pleurant par intermittence, ma vision se dilate et le décor se déforme. Les jeux sont faits, la faim me guette ou la folie me gagne, à vous de me dire!

 

J’ai atterri ici parce que c’était écrit par le GPS suprême. Rien de tout cela. Je voulais juste échapper pour quelques heures futiles à ce roman – fait de chair et de sang – qui parle un peu trop de moi. Il faut croire qu’il a plus d’emprise que cette poisse républicaine qui me colle à la peau ou à ce genre humain qui me réclame toujours et encore plus d’amour sans rien en échange. De pages vidéo en pages blanches, enfin maculées de ma mémoire, parfois sélective, souvent partielle, toujours cannibale et moi, et moi, et moi, je prends la pose. Personne ne m’a ordonné de m’infliger de tels sévices à longueur de nuits blanches, mais j’ai toutefois l’intime conviction que ma tête est trop pleine pour continuer son travail à la chaîne. Mais pleine de quoi?

 

Je me suis perdu dans mes pensées, à la dérive entre les plaques commémoratives des illustres qui sont nés et morts à un moment donné. Et pour changer, j’ai échoué sur un banc scarifié avant de prendre un arbre en frontal ou de l’encre de pigeon par les airs. Le derrière en évidence, je trouve mon équilibre tout en ne respirant plus. Secrètement, je dois espérer que tout s’arrête et que quelqu’un viendra me sauver. Réflexion faite, je suis trop pragmatique pour songer à la postérité du romantisme, surtout lorsque mon public se compose de mon chat et de son armée de poils sécessionnistes. Soit, mais avant de penser au modèle économique de mon merchandising et à l’oisiveté de mes ayants droit, je vais aller faire un acte insensé! Écrire sans rien attendre en retour.

 

———————————————————————————————————————————————————————————————–

Ps : Chers lecteurs, apparemment, tout change, mais rien ne dérange. Ainsi, je vais quitter ma peau, passer de WordPress à Tumblr, arrêter les nouvelles pour commencer des nano story, et dans ma vie à force de conjugaisons abusives, je vais arrêter de survivre pour mieux en faire un livre ou deux, ou non, ou plus…

Publicités

Read Full Post »

Faillait que j’sorte d’ma tête, comme mon amour propre, après une gueule de bois de trop.

J’avais besoin de parler et ma conversation ne suffisait plus.

« Quoi aujourd’hui ? M’entraîner à mourir ?

Pfff, pour changer , j’vais apprendre à mentir. »

 

 

 

J’ai pris mes jambes à mon cou, au ralenti, histoire de faire semblant.

Fuir, ça demande trop d’effort, alors essaye d’abord, tu me raconteras.

L’atmosphère a une fuite de sphincter à la nuit tombée.

Cette fille de joie sur la réserve préfère se rincer l’œil plutôt qu’avoir les mains sales.

 

 

 

C’est l’heure d’hiver, black out dès 17 h, terminus tout l’monde descend.

Le chassé-croisé entre les sorties de classe et les pédophiles diplômés.

Trop tard pour l’open bar chez l’arabe et trop tôt pour l’after chez ta femme.

Les chômeurs héréditaires tapissent l’horizon, plantés là au hasard des liposucions des ronds-de-cuir.

 

 

 

Y’a comme une odeur de fin du monde ou de fosse septique dans la bouche de métro.

Certains portent leurs couilles sur le visage, les autres une alliance dans leurs poches et la peur au ventre.

Moi j’porte un masque d’occasion, c’est mon daron qui me l’a prêté, j’me fait chié, mais j’serais jamais en danger.

L’asphalte baise trop souvent avec les vivants pour aimer s’en souvenir, alors j’oublie les cons qui me croisent.

 

 

 

 

Vision périscopique et le mal de mère. Ok

Panorama dépressif et les rétines dilatées. Ok

Marche forcée et traînage de patte en puissance. Ok

Gomme usée et une bonne circulation sanguine. Ok

Ligaments croisés et pas de crise d’asthme. Ok

Lacets défaits et jamais refaits. Ok

Pause syndicale et syndrome du cul sur un banc. Ok

 

 

 

J’ai l’alcool mauvais et la sobriété mélancolique, le décor se ramasse la gueule ou à la petite cuillère.

Affronte ça comme tu peux.

 

Ecoute, soit tu passes ton temps à fixer le sol à la sortie du bureau soit t’as du temps à perdre avec des garde-à-vue artificielles. Moi, je joue au fantôme.

 

 

À chaque fois c’est la même chose, mais j’recommence.

J’retombe nez à nez avec cette cabine téléphonique trop maquillée pour être honnête, mais j’ai pas un copec et personne à appeler.

 

Alors, j’continue à marcher, toujours et encore.

Read Full Post »

le droit de la fermer

Quand on a le luxe de parler du danger, c’est qu’il n’existe pas vraiment, il tient plus du fond de commerce que du militantisme.

Les dénonciateurs des injustices les plus rentables, voire des plus évidentes et les pourfendeurs de l’ordre établi qui garantit leur tribune participent tous à ce spectacle qui consiste à occuper l’espace et à monopoliser le temps de parole, pas celui de l’écoute. Bienvenue dans un monde sans échos.

Ceux qui ont le malheur de ne pas cautionner la religion de la juste de cause ou ceux qui, pour une quelconque histoire de conscience, prouveraient la vacuité des luttes dans une démocratie obèse, ces gens-là risqueraient d’être mis au banc de l’underground chic.

Blah, blah, blah cela vaut bien des gromèlements dogmatiques, juvéniles ou gériatriques dans la société du bruit où seuls les parasites ont droit à un ventriloque commis d’office.

Il y a de grandes chances que quelques commentaires venant de ces spécimens schizophrènes ayant l’humanisme à gauche et le porte-feuille à droite stipulent lors de leurs cours d’instruction civique que tout mon propos est fallacieux puisque je peux l’écrire.

C’est tout le contraire, ce qu’on voudrait nous faire avaler comme du progrès universel n’est qu’un nivèlement par le bas où la politique du pire a laissé sa place à la société du plus fou sous couvert que la liberté d’expression n’est plus accessible mais accessoire.

Read Full Post »

ventriloque et silence

Intelligence pavlovienne

Tout ce qu’il croit se sait, se peut, se tait, se veut, à nos dépends

Repu de n’avoir jamais bu, les débits de leçons remplissent les bancs

Tous avec le même uniforme intérieur, le choix, un col blanc à même l’épouvantail

La secte, de la courroie à l’encéphale, entre réseau et rhésus, télépathie et braille

La langue coupée, il pense parler, mais ne peut que répéter ce qu’il sait mimer

Perdant du formol à la formule où nécromancie et hypnose régressive sont soldées.

carre_blanc

On ne clone pas la solitude

Elle m’appartient, elle me possède, me renseigne, me construit, me suffit, me combat, elle m’attend chaque matin de défaite, elle est au bout de ma plume, sur les touches de mon clavier, elle habite les zones d’ombre de ma boîte crânienne, elle s’échappe dans l’autre durant la lutte des corps, elle adhère au club folie et espoir d’infini, elle trouve des raisons à mes écrits, elle me charme bouteille après bouteille, elle ne donne pas son nom à mes nuits de sociabilité, elle attend la sophistication de l’évanouissement pour me quitter…

carre_blanc

Petit traité à l’usage des lignes droites

l’angoisse cimente la nostalgie qui sécurise

la hantise du futur

car les plans se froissent plus souvent qu’ils ne se réalisent

par méprise du sens de lecture

tant qu’il y aura des temps à conjuguer à plus de deux

on assumera à distance

en pardonnant ses arrêts maladie à Dieu,

alors le diable devient l’avocat commis d’office

carre_blanc

Les hasards du destin

Avec des testaments au chevet des baptêmes

Noyer sa peine dans le bénitier, par héritage

Cycliquement, aux sommets apparaissent les christs en terne

Accusé de réception pour sirène, narrant l’hôte, rivage

Les souhaits, une presqu’île pour la française des jeux

Le client se distingue du croyant par sa faim de foi

Où le jeûne omet ses périls aux pieux, ambitieux

Anticipant les vies d’anges par loi

Les procès chorégraphiés, les pactes manqués

Dans une pièce sans porte, vitre

D’où vient cette lumière ? L’ombre reflète les damnés

Faites vos contes, quand le bookmaker est l’arbitre

carre_blanc

(Portraits robots et poupée de chair, Sylvain Souklaye. A paraître automne 2009)

Read Full Post »