Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘licenciement’


Je n’arrive pas à choisir entre l’arsenal de plus et le unlike de trop
(Otan 0 – Prud’hommes 1)

Publicités

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre un licenciement abrégé et un champion du monde
(SMS  0 – Hu Jintao 1)

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre les indemnités à l’amiable et les lois polygames
(Raymond Domenech 0 – Déchéance Nationale 1)

Read Full Post »


Rentrer chez soi…

En voilà un concept original, comme si l’Homme était conçu pour être sédentaire, comme si l’homme était programmé pour être monogame. Cependant la société des gens heureux et du bonheur prêt-à-porter est passée par là et la machine humaine ne connaît pas la pitié – si elle n’est pas rentable – particulièrement envers ceux qui tentent de ne pas suivre scrupuleusement le mode d’emploi du sens de la vie. J’aime avoir toujours les mêmes habitudes, mais jamais au même endroit et encore moins avec les mêmes gens.

En général ma manière de vivre les irrite plus que ma façon de penser. La simple évocation de l’idée que je n’engendre pas du temps comme un cadeau divin parce que je ne fais que le traverser de part en part, elle remet en question les gens tout en les confortant. Mais on ne peut décemment pas porter tout le monde dans son sac à dos et encore plus, sa propre mémoire. Si je ne peux me souvenir de moi même, je n’aurai plus rien à regretter !

Pour moi, l’échec est semblable à un contrôle interminable derrière une famille fuyant leur chez eux pour les vacances, à un retard sur un vol qui produira le manque de mon scotch au bar déjà désert, à une réservation d’hôtel mal enregistrée qui annoncera une vengeance prochaine en faisant droit de privilège en doublant légalement dans les files d’attente. Ha ! Oui, je sais, les gens dans tout ça ? Hum, ils meublent avec plus ou moins de succès mon temps de transit entre deux échappatoires.

Justement en parlant des « gens », les seuls, les vrais, les uniques et irremplaçables, pour mon travail salutaire, j’en croise souvent, j’en croise beaucoup, j’en croise trop à vrai dire. Sachant que cette overdose d’humanisme garantit à elle seule mon mode de vie, je consens à mettre tout mon cœur lorsque je fais le tour du pays pour annoncer à ces personnes, avec leur vie sur le visage, qu’elles sont licenciées. Une fois la sentence assenée – nette, sans bavure et avec un sourire compatissant en option – je les vois hébétés, en colère, absents, effondrés, autant de choix qui les empêchent d’avancer suffisamment vite pour ne pas disparaître de l’organigramme du grand dessein.

À toute épreuve à handicap, le seigneur pourvoit une récompense à la mesure du sacrifice, alors dites merci à la culture de votre entreprise pour laquelle vous avez donné, sans poser de questions, les meilleures années de vos existences car elle vous propose un plan de résurrection en plusieurs étapes. Ne nous remerciez pas. Donc pour revenir parmi nous un jour, il faut que vous nous quittiez définitivement.

La manière dont on part est aussi – si ce n’est plus important que tout – ce que l’on a fait auparavant. J’aime à penser que les additions ne font pas le résultat. Pour certains leur emploi est tout, un but, une famille, un foyer et au moment de dire adieu à ce morceau d’eux qu’ils ne récupèreront vraisemblablement plus, je leur demande de fermer les yeux une minute car, à tout regarder comme si chaque chose autour de leur open space était primordiale, ils en oublient vite leurs priorités.

Personnellement, la famille, ma famille, cela n’en n’était pas une, disons que cela fait partie d’un pack à l’origine et du décor au bout du compte. J’ai des liens avec les miens, de ceux qui sanglent pour mieux m’aimer et qui me ramènent à chaque fois à ceux qui meurent du temps qui passe et qui portent mon nom. J’ai beau fuir aussi vite que l’avion le peut, elle me rattrape toujours.

Ne pas mourir seul, cela paraît être la seule obsession raisonnable, mais de la part des vendeurs d’amour à tout prix qui font de leur hygiène affective une morale à toute épreuve, je trouve cela d’un égoïsme dont seul les solitaires devraient se prévaloir. Apparemment, c’est ça l’objectif trouver quelqu’un, une fois qu’on l’a, il faut évidemment produire d’autres quelqu’un sous peine de s’ennuyer avec le premier quelqu’un. Je crois en la loyauté, l’honnêteté ça ne dure que le temps d’une pause café ou d’une partie de jambes en l’air, voire à l’horizontale. On aime couché, on cohabite debout.

Les gens, encore eux, ont un besoin maladif de savoir d’où les autres viennent, comme si l’on était condamné à n’être qu’un échantillon de notre passé. Je vois si souvent le monde d’en haut en classe affaire que j’en oublie le nom des terres en dessous. Mais si vous voulez savoir, moi, je viens d’où je suis maintenant.

Read Full Post »

new fabris

Je n’arrive pas à choisir entre la séquestration populaire et le racisme ordinaire
(New Fabris 0 – Henry Louis Gates 1)

Henry louis gates

Read Full Post »

bernie

Je n’arrive pas à choisir entre le nouveau sport national et la culture de l’échec
(Séquestration 0 – UMP 1)

ump

Read Full Post »

le-charlatandes mythomanes négocieraient l’avenir du monde avec des hypocondriaques



Quelle est la frontière entre la naïveté individuelle et la croyance collective ?

On peut admettre qu’il y a une certaine fascination de la part des citoyens du monde à, dans un premier temps, complètement intégrer et promouvoir un mensonge institutionnel puis part là à le fustiger et à l’emmener sans procès vers la potence.

Les réjouissances de la crise nous offrent un théâtre des plus pittoresque où des mythomanes négocieraient l’avenir du monde avec des hypocondriaques.

La misère humaine semble être un drame commun, une fois l’alarmisme obligatoire du compassionnel passé, réfléchissons sur les ressorts psychologiques de notre besoin de mensonge.


Les industries (de automobile, de agroalimentaire, du divertissement, etc) ou le système bancaire sont un révélateur assez juste de l’interdépendance existante entre la phobie et l’addiction.

Les formes industrielles sont des réponses adaptées ou anticipatoires à des besoins sociétaux, l’homme dans sa boulimie expansionniste a du trouver des solutions matérielles pour combler le vide existentiel qu’engendrait ses découvertes.

La peur du noir explique en grande partie le besoin de mensonge, à la base de l’escroquerie morale qu’on appelle l’humanité.
Il y avait la nuit, puis l’invention du feu.
Cette trouvaille avait plus pour but de ne pas retourner dans la phase précédente que d’attester de l’effectivité de ce nouveau produit.

Le mensonge global, voire parental, sécurisait depuis toujours les populations de la régression obscurantiste et non ergonomique – épargnez moi le chapitre sur la médecine moderne – mais maintenant la non vérité partielle ou acceptable doit aussi assurer des conjugaisons à l’impératif concernant ce 21 siècle trop punk pour être vrai.

Mieux vaut un Madoff que de la monnaie de singe (vous préférez les AGIOS au troc), mieux vaut une pollution assumée qu’une écologie vigilante (vous préférez un baril de pétrole à 100 dollars qu’un ticket de métro à 1,50 euros).

La politique du pire est toujours la meilleure.

La magie politique d’Obama c’est qu’il vend du rêve à des narcoleptiques.

Read Full Post »