Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘fillon’

Tour de France

Je n’arrive pas à choisir entre le sprint final et le sprint fatal
(Cyclisme 0 – Footing 1)

Nicolas sarkozy

Publicités

Read Full Post »

fullsizerender 19

Rare sont ces instants de pur bonheur télévisuel où la boîte à image nous donne une leçon de civisme pragmatique, voire de modèle de société.

Le choix de la passivité assumée devant l’écran équilibre les obligations d’actions électorales, ceci permet au libre arbitre et à l’arbitraire de coexister durant la même demi-heure.

Certes « Plus belle la vie » est un reflet informant de l’esprit républicain à avoir et aussi invoqué en vain par l’exécutif dans le débat public.

Mais le système de narration basé sur l’omniscience n’est pas étranger à cette admiration pudique, qui se situe quelque part entre le voyeurisme intimiste et l’exhibitionnisme des jours de gloire.

Dans l’ère du divertissement à tout prix, il est parfois assez anodin de passer du message au massage, car le premier n’a de sens que si sa cause pratique l’empathie et le second n’a de cause que s’il est empathique avec toutes les pratiques sans sens.

Parmi les grosses ficelles de Plus belle la vie, voici celles qui promotionnent le plus le projet quinquennal :

– les prises d’otage doctrinaires à la chaîne et le terrorisme de la peur potentielle, font office de témoin oculaire du Journal Officiel et des ces lois estivales, tout en promettant un chaos de poche à tous les anti truc, ainsi que les pro machin en cas de crise d’égocentrisme avérée.

– la solidarité de proximité et l’humanisme occasionnel via le culte du compassionnel entre Sdf sur la voie de la rédemption et sans papiers sur le chemin de l’aéroport.

– les mœurs solubles dans l’économie et la morale à la gueule du client en prouvant que la trahison au nom de la réussite est pardonnable si elle profite à un moment donné à la communauté, même partiellement.

– le sexe et le cul, sont deux choses différentes, le premier échafaude un organigramme et le second n’est qu’un vulgaire organe, d’un côté il y a un contexte de l’autre se trouve son prétexte.

Ce programme d’anticipation parie sur le principe du déjà vu pour se fabriquer un passé cohérent.

Afin de déculpabiliser nos têtes pensantes, garantes d’une certaine consanguinité culturelle, la norme a décidé de nous imposer des minorités visibles au gré des trous médiatiques et des flashbacks mémoriels.

Si j’étais bêtement de gauche, je me dirais pourquoi pas, mais sachant que le but se place plus au niveau de la repentance à bas prix que de la représentation par le haut, j’avoue être dubitatif ou peut-être insuffisamment intégré.

Une scène de « Plus belle la vie » m’a interpellé ces derniers jours, une discussion entre un individu A vieux, blanc, riche et vicieux et un individu B jeune, noir, pauvre et vicieux.

Le premier emploi le second afin qu’il espionne un tierce partie pour obtenir de quelconques informations sur une association du Centre Afrique que l’individu A subventionne.

Avec ces données, l’individu A va pouvoir rompre le contrat humanitaire qui le lie avec la dite structure en Afrique, et là, dans un esprit à la fois paternaliste et tribal, il demande à l’individu B si cela ne lui pose de problème de conscience d’enlever le pain de la bouche de ses semblables.

Celui-ci de lui répondre, avec ce sémillant accent de racaille qui sied à merveille à nos minorités visibles, par un laconique et révélateur « moi j’suis Français ».

« Plus belle la vie » a réussit là où toutes les politiques d’intégration et de la ville ont échoué.

Read Full Post »

pour un mariage heureux

Je n’arrive pas à choisir entre le bonheur du mariage et la retraite post mortem
(Les diamants de sang 0 – Fillon 1)

le futur retraité

Read Full Post »

6ème repu

Je n’arrive pas à choisir entre le dernier ministre et l’hyper citoyenneté
(6 ème république 0 – overdose de vox populi 1)

trop de temps libre

Read Full Post »

gouvernés

Je n’arrive pas à choisir entre la mobilisation et l’immobilisme
(les gouvernés 0 – les gouvernants 1)

conseil des ministres

Read Full Post »

parachute-dore

Je n’arrive pas à choisir entre le pot de départ et une reunion tupperware
(1 million d’euros 0 – G 20 1)

reunion-tupperware

Read Full Post »

le-charlatandes mythomanes négocieraient l’avenir du monde avec des hypocondriaques



Quelle est la frontière entre la naïveté individuelle et la croyance collective ?

On peut admettre qu’il y a une certaine fascination de la part des citoyens du monde à, dans un premier temps, complètement intégrer et promouvoir un mensonge institutionnel puis part là à le fustiger et à l’emmener sans procès vers la potence.

Les réjouissances de la crise nous offrent un théâtre des plus pittoresque où des mythomanes négocieraient l’avenir du monde avec des hypocondriaques.

La misère humaine semble être un drame commun, une fois l’alarmisme obligatoire du compassionnel passé, réfléchissons sur les ressorts psychologiques de notre besoin de mensonge.


Les industries (de automobile, de agroalimentaire, du divertissement, etc) ou le système bancaire sont un révélateur assez juste de l’interdépendance existante entre la phobie et l’addiction.

Les formes industrielles sont des réponses adaptées ou anticipatoires à des besoins sociétaux, l’homme dans sa boulimie expansionniste a du trouver des solutions matérielles pour combler le vide existentiel qu’engendrait ses découvertes.

La peur du noir explique en grande partie le besoin de mensonge, à la base de l’escroquerie morale qu’on appelle l’humanité.
Il y avait la nuit, puis l’invention du feu.
Cette trouvaille avait plus pour but de ne pas retourner dans la phase précédente que d’attester de l’effectivité de ce nouveau produit.

Le mensonge global, voire parental, sécurisait depuis toujours les populations de la régression obscurantiste et non ergonomique – épargnez moi le chapitre sur la médecine moderne – mais maintenant la non vérité partielle ou acceptable doit aussi assurer des conjugaisons à l’impératif concernant ce 21 siècle trop punk pour être vrai.

Mieux vaut un Madoff que de la monnaie de singe (vous préférez les AGIOS au troc), mieux vaut une pollution assumée qu’une écologie vigilante (vous préférez un baril de pétrole à 100 dollars qu’un ticket de métro à 1,50 euros).

La politique du pire est toujours la meilleure.

La magie politique d’Obama c’est qu’il vend du rêve à des narcoleptiques.

Read Full Post »

Older Posts »