Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘croyance’

Si vous voulez un conseil, passez votre chemin, non, en fait restez finalement et suivez à la lettre les instructions de ce kit de survie entre gens biens.

À vrai dire, je ne me rappelle plus exactement – ou je fais semblant – comment tout cela est arrivé en un instant, avant je savais où me mènerais ma destinée statistique et puis après je doutais même que cela se soit déroulé. Vous savez, les accidents, je peux les comprendre, la maladie, je peux l’admettre, mais la folie aléatoire en communauté, prononcée par un anonyme du bout de son index, je ne veux l’accepter, sous peine d’être tentée à mon tour de me taire pour toujours. Ce qu’il y a de plus effroyable dans le silence, hormis sa présence, ce sont ses premiers bruits étouffés, isolés, uniques qui persistent et résonnent tel une peur primaire des glandes salivaires et des reins qui fuient.

Lorsque la lâcheté se propage pour mieux nous guider dans le noir, certains sont tentés de refuser tout net son aide illégitime, comme si la morale qui leur servait de tuteur et la loi qui les maintenait dans le droit chemin allaient ensemble répondre à la question de la vie après la mort en offrant à la science et à la rubrique nécrologique un bouclier de chair et de sang. Depuis ma tendre enfance – comme le veut l’expression – je regarde les Hommes tomber pour des idées plus ou moins bonnes, mais ils ne se relèvent que très rarement pour corroborer leurs théories. Avoir raison, cela doit être une histoire de verticale. Je voudrais quantifier le poids sur nos épaules, puis je pourrais qualifier cette certitude qui embrase la mortalité, mais le courage été inventé pour ces moments précis, alors j’abandonne.

L’héroïsme, en voilà un mot qui force le respect, sépare les cadavres, justifie la violence et alimente le suicide en uniforme. Etrangement ce sont ceux qui lui sont totalement indifférents qui en parlent le mieux. Je préfère l’évoquer au futur plutôt que ravaler mes sanglots au présent. Finalement l’héroïsme est une croyance où chacun a sa chance, enfin certains plus que d’autres.

Le seul inconvénient avec l’héroïsme demeure sa durée limitée et la création quasi immédiate d’une autre opportunité de l’invoquer, mais l’existence est une entreprise qui ne laisse que peu de place au hasard et au libre arbitre en pourvoyant des substituts adaptés à toutes les névroses possibles et imaginables. Dieu, l’Amour ou la chance : nous vous présentons le triptyque infaillible tenant à la fois du réconfort absolu, de la promesse éternelle et de la potentialité de duperie nécessaire à tout bon travail à la chaîne. Je n’ai pas encore fait mon choix, mais je me vois mal donner mon âme ou mon cœur à qui que ce soit.

Si la détresse devient trop forte, n’hésitez pas à sonner l’alerte en entraînant le plus de personnes possible dans votre délire au caractère divin, la pitié du troupeau est à ce prix et lui n’attend que des occasions comme celles-ci pour briller de toute son humanité, de toute sa communauté. La souffrance, il n’y a pas à dire, elle est de meilleure facture que la solidarité, universelle et injugeable à la fois, une arnaque parfaite pour le service après-vente post-traumatique. Le passé de ce moment perdu me manque intimement comme s’il s’était procuré sans permission une partie de mon âme. Je l’ai vu fuir des lieux de la scène du crime en commençant par la gâchette pour continuer le long du canon encore fumant se retirant de ma boite crânienne pour enfin finir sa course effrénée contre le mur du fond fraîchement repeint.

Nier ou accepter les évènements, cela revient plus ou moins à la même chose, le point fixe de la réalité se distord fonction du nombre de croyants, de la mémoire résiduelle, du culte de la vérité en vigueur et, le plus logiquement du monde, tout et son contraire engendrent des souvenirs parcellaires et des rémissions jetables. Dans ce cas de figure, il est plus que tentant de rendre ainsi service à la communauté en laissant sa psyché à la disposition d’un professionnel des neuroleptiques pour se retrouver à l’arrivée avec plus de problèmes qu’au départ, ceci étant cela en dit beaucoup sur la santé mentale de notre liberté capitonnée. Il ne reste que mon casque d’écouteur ou la petite voix dans mon crâne pour endiguer ma perdition en pilote automatique, un sourire en devanture pour tous.

La différence entre un incident et un accident, c’est que généralement le premier se prend très souvent au sérieux et que le second s’excuse presque d’exister. Pourtant les deux interfèrent dans le trafic humain pour mieux le fluidifier, à bien y réfléchir. Dans le cas particulier d’une maladie en commun, le premier et le second conjuguent leurs efforts pour mieux cautionner le masochisme de chacune des parties et montrer du doigt un inaccessible à la portée du premier venu, faut-il encore que tous ces excès que l’on traduit par d’irrépressibles besoins, soient en réalité de vulgaires envies. Je crois que la mort anodine donne de la vie à ceux qui ne font qu’en parler, que la regarder, que la rêver à travers un fantasme sur mesure – le voisin dans son lit, l’inconnue de l’autre côté.

Pour revenir au point de rupture lorsque l’on voit les choses, puis les gens nous échapper sans que nous puissions prétendre à avoir la moindre incidence sur celles-ci, il faut revenir à la base de tout, à l’animal qui est en nous et dont la peur primale nous préserve de notre intelligence surcôtée au moment d’éviter les balles vaguement perdues. Je vois encore au ralenti les mouvements d’une échappée chaotique touchés en pleine course vers la sortie la plus proche par un projectile ne possédant pas plus de raison que son propriétaire, je sens l’atmosphère électrique et l’effroi latent dans ses respirations saccadées et hébétées, le temps qui fait une pause, les oreilles confuses et le pouls désinhibé de toutes les ordonnances. Tous les jours, je me soigne de ces images en m’emprisonnant dans d’autres.

Mais au final, même les meilleures évasions ont un terminus, car à marcher seul toujours et encore, trop souvent, on se lasse même de la liberté qu’offre la solitude. Le déni a ses limites dès lors qu’on n’a plus personne à regarder en se retournant. Ce sont les autres qui nous ramènent sur les rails bons ou mauvais puisque la folie n’est pas un moyen, mais une fin. J’aurais plus de temps qu’il ne m’en faut pour customiser ma psyché et accepter, accéder aux évidences en vente au pays du bonheur pragmatique, et voilà, nous y sommes au moment du happy end qui ferme des portes pour ne pas assumer la suite…

Publicités

Read Full Post »

Jadis, je croyais fermement qu’il fallait crier pour aimer et suivre les ordres pour être aimé. Petit, avant que je ne prononce moi-même mon nom pour savoir qui j’étais je n’existais que dans la bouche de mon père, à l’époque où le monde tournait outrageusement autour des silences rhétoriques et de son regard rédhibitoire. Chacune de ses paroles assenées avec affection, mais sans le packaging, retentissait dans ma petite planète – faite de jeux d’adultes et d’innocence dérobée – comme le jugement dernier. Et celui-ci ne s’interromprait pas tant que l’homme château de carte qui donnait un sens à mes peurs ne s’en retournerait pas sur ses talons afin de trouver des mots pour comprendre sa propre violence.

Après avoir goûter, sans vraiment m’y habituer, à ses coups de tonnerre pour la énième fois, j’étais comme fasciné dès qu’il me regardait presque absent, mais totalement présent du haut du monde de ceux qui savent déjà tout mais qui n’apprennent rien. Lui, le père, ne savait pas s’il devait rire d’espérance ou pleurer de résignation en posant les yeux sur sa progéniture, sa créature, sa boîte à souvenir, à avenir. Je ne voulais pas le décevoir, comme si cela était possible, souhaitable, mais je n’ai jamais compris ce qu’il voulait en faisant tomber la nuit sur moi et lui non plus au bout du compte, pensais-je. Alors, nous nous taisions en soufflant en canon et c’était bien ainsi…

Parfois, lorsqu’il perdait pied dans sa réalité, il arrivait à s’extirper subrepticement de sa retraite faite de silence avérés et de sanglots refoulés. Comme tous les Hommes, il cherchait de manière psychotique des vestiges de la mère que je ne connaissais pas – la sienne ou la mienne – pour lui venir en aide, pour lui donner la force nécessaire, pour avoir de quoi croire juste un jour de plus. Demain n’existait pas pour lui. Mais il fallait s’y préparer et y survivre coûte que coûte, uniquement pour recommencer le jour suivant jusqu’à en avoir assez des pourquoi ! Je n’étais pas sûr de comprendre tous les tenants et les aboutissants de cette lutte que je ne voyais pas chez les autres, mais elle était notre héritage et je le porterais bien assez tôt.

Le temps, qu’on le veuille ou non, on le subit et pire on le regarde faire, une main dans le dos sans rien dire parce qu’il n’y a rien à expliquer, à demander, à combattre. Il faut juste vivre avec, voilà à peu près ce que mon père voulait me laisser comme mémoire en s’obstinant sans plaisir à ne jamais me donner le mode d’emploi de l’épreuve qu’il m’imposait. L’an 1. Le jour où il a voulu m’apprendre à nager en me catapultant sans mon autorisation dans un étang qui ne s’était pas lavé. J’aurais pu me noyer, j’aurais dû, j’aurais pu nager, j’aurais dû, finalement j’ai flotté, mais l’eau, elle ne s’en est pas enquise et ma leçon était donc celle-ci ! Alors, c’était à moi de voir si je voulais abandonner ou continuer jusqu’au jour où je perdrai comme tout le monde.

En outre, dès qu’un bref et rare moment d’évasion fantastique s’offrait à moi en levant la tête vers les nuages en perpétuelle mutation, mon père ne pouvait s’empêcher de les étrangler de ses propres mains sous mes yeux, naturellement. Comme pour me faire rudement comprendre à sa manière qu’il n’y a rien à voir là-haut, circulez, parce qu’à y prendre goût trop rapidement, trop souvent, on ne sentait pas la chute et je finirais par ne voir que le sol en le prenant à témoin de mon mode de vie. Mon champ de vision devait se résumer désormais à droit devant, sans espoir de regarder en arrière. À force, j’allais devenir fidèlement ce que je vivais tant bien que mal et certainement pas ce à quoi que je rêvais les yeux grands ouverts durant mes crises de bonheur idéal. Du coup, je ne connaissais pas la déception !

Avancer, avancer, c’était le maître mot avec lui, avancer toujours et encore, sans s’embarrasser d’un quelconque but qui ne parle qu’aux croyants, sans s’encombrer de qui que ce soit qui ne s’adresse qu’aux vivants. Je crois, enfin, je doute que mon père n’ait jamais eu confiance en une autre personne que moi et le drame, c’est que je ne connaissais définitivement pas le sens de ce sentiment, car on le comprend qu’une fois qu’on nous l’a ôté, donc il a dû partir.

La dernière fois que j’ai vu mon père me parler avec le visage déformé à l’extrême, les cordes vocales prêtes à se déchirer, les veines proéminentes, les tempes puis le système lacrymal au bord de l’explosion, il essayait inlassablement de m’enlacer tout en m’écrasant,  me donner quelque chose tout en me l’imposant, étrangement, rien à avoir avec un présent qui offre un sourire en prime, mais plutôt une part de sa prison, interne, enfantine, amoureuse où la liberté – dont il aimait à promouvoir ses vertus en tempêtant – n’a jamais aussi bien résonné. J’aurai tant voulu lui donner une clef, la bonne, une porte de sortie, l’unique ou bien un morceau de mes nuages en échange de son trouble, ce bourdonnement incessant, persistant, assourdissant et dépourvu de trêve qui était le sien depuis son enfance soldée sur l’autel d’un père qui n’en était pas un.

Moi, le mien de père, il en était un, il n’avait pas besoin d’être un quelconque héros puisqu’il était là. D’autant que je m’en souvienne et plus je fouille dans ma mémoire morcelée pour avancer vers mon destin déjà bien ficelé plus il me reste des clichés au détail près de paysages défilant sans discontinu les uns après les autres. Mais il n’y a personne pour les habiter, si ce n’est la voix de mon père qui supervisait la visite guidée – aussi confuse que rassurante – de ma psyché en convalescence depuis l’enfance. Et dans ces moments là, touché par la grâce, le trouble, mon trouble s’efface de ma prison sur mesure, à croire que le bourdonnement incessant, persistant, assourdissant et dépourvu de trêve, c’était les autres après qui l’on court toujours et qui ne nous rattrapent jamais !

J’ai dû perdre la faculté apparemment obligatoire d’aimer, le jour où mon père a préféré me quitter durablement au lieu de fuir encore une fois, droit devant. Je n’ai pas eu le luxe de me retourner sur ses pas pour lui dire au revoir, il a fait en sorte qu’il soit déjà trop tard. Il m’a donné ce jour là l’amour qu’il n’avait pas, enfin, je ne sais pas, je crois, je le demanderais certainement à mon tour à mon fils quand je ne serai plus, peut-être que lui il m’entendra…

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre une crise de foie et la crise de foi
(Les spiritueux 0 – Le spirituel 1)

Read Full Post »

etre partout et tout le temps

Un dimanche quelconque au début des 90’s, dans l’une de ces enclaves champignon oú Dieu est une alternative valable à une cirrhose de la foi républicaine.

1m40 de puchlines anticléricales et 50 kilos de rejet d’intégration pour les nuls, voilà ce que mes 10 ans avaient à opposer à la mythomanie dominicale mi théologie pour les croyants et mi café du commerce pour les pratiquants.

Quand on est le seul petit nègre de l’église en province et avant que Mickaël Jackson n’affranchisse les beaufs de leur racisme à bas prix, on fait silence.

On avale l’étouffe chrétien apéritif et on prie pour un échantillon de cubis afin  d’humidifier la rampe de lancement de ceux qui découvriront que Dieu fond dans la bouche.

(merci d’appliquer cette boutade aux religieux de votre confession la plus proche, la direction se refuse d’envoyer tous les catholiques aux lions)

carre_blanc

Ma première punition vient du côté scolaire de la messe entre le contrôle continu et la pédagogie pour les brebis.

La vérification de la connaissance des paraboles accompagne les récitations à l’unisson et l’affirmative des hypothétiques désirs du vendeur d’au-delà.

Je me suis toujours demandé ce que cachaient les regards des fidèles durant les oublis de partition du prêtre.

L’amour de son prochain induit-il systématiquement une suspicion de tous les instants et surtout encourage-il la concurrence et la rentabilité de la ferveur?

En fin de représentation, les clients espèrent secrètement et toujours un rappel qui ne vient pas, en levant les yeux vers la voute en arc d’ogive attendant une de ces subventions laïques dispensées au premier signe d’épuisement de la législature en place.

La troisième mi-temps spirituelle se transforme en comptoir pour spiritueux, mais de quoi pouvait-être faites les polémiques entre la chute du mur de Berlin et la première Guerre du Golf?

De pas grand chose à vrai dire, comme de nos jours, un peu d’animalité sportive, quelques flatulences politiques, beaucoup de diplomatie familiale…

Alors, j’ai quitté le peuple de la terre plate pour le troupeau du ballon rond.

Avec le recul, ce fut une bonne décision pour de mauvaises raisons.

Dieu

carre_blanc

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Chers membres de l’observatoire des sociétes mourantes,

Non, je ne vais pas mettre le blog en stand by.  Mais durant l’amnésie estivale, je vais travailler sur la revue « Le Déserteur », ainsi que l’album de Sardabi et préparer la sortie de mon recueil de poésie « Portraits robots et poupée de chair » le tout pour l’automne.

Cependant, il y a aura chaque jour des « certitudes du doute… » ou des « Ghost Post » et cela jusqu’au 7 septembre.

Foutraquement

SS

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Merci à l’oeil de la baronne

Read Full Post »