Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mai 2010


Je n’arrive pas à choisir entre  Raymond « Pfff « Domenech et Michael « Air » Jordan
(23# 0 – 23# 1)

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre le populisme et l’élitisme
(Lady Gaga 0 –  Apichatpong Weerasethakul 1)

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre le cordon ombilical et les liens artificiels
(Anté 0 – Post 1)

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre l’exception culturelle et l’Histoire parallèle
(Nathalie Arthaud 0 – Rachid Bouchareb 1)

Read Full Post »

Quatre murs capitonnés, quatre planches à louer.

Comme un goût de genèse et une odeur d’apocalypse.

Agoraphobe seul. Claustrophobe le jour.

Boom, boom, boom, boom, il arrive, toujours mal accompagné en frappant à ma porte, toc, toc , toc…

Alors je lève les bras en l’air, les phalanges décrispées, la mâchoire béante, les pupilles dilatées, la nuque prête à céder.

Il est temps de me rendre, et  je ne crois pas en la légitime défense !

Mes poumons se vident de temps à autre, mon cœur arbitre le nombre de battements me séparant de la faim. Il ne parle qu’en assonances, il prêche à la première personne.

Sans que je ne m’en rende compte il me plaque contre le mur en écrasant ma pomme d’Adam et il réintègre l’opération d’une main de maître jusqu’à ce que j’acquiesce machinalement à chacun de ses coups de massue contre ma caisse de résonance.

Mais j’ai dû perdre quelques fréquences, puisque je n’entends que du bruit, du son et, enfin, à force d’impacts, des mots qui me ressemblent.

Par conséquent mes yeux se ferment, le corps à la renverse, l’apesanteur en plein détresse, l’équilibre en fuite, mais je reste debout malgré moi. La haine pour tutelle, le rythme pour ami imaginaire.

Quatre murs à rencontrer de plein fouet, quatre planches pour compléter mon feu de joie. Comme un goût de déjà vu et une odeur d’inachevé.

Libre seul. Masqué le jour.

Boom, boom, boom, boom, il arrive, toujours mal accompagné en frappant à ma porte, toc, toc , toc…

Alors je baisse les bras à terre, les phalanges crispées, la mâchoire serrée, les pupilles noires, la nuque guide le reste de mon corps.

Il est temps d’entendre, et je ne crois pas en la réhabilitation par le silence !

Et ainsi naquit le Beat.

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre la confession publique et l’ambition inéluctable
(Floyd Landis 0 -DSK 1)

Read Full Post »


Je n’arrive pas à choisir entre un panier percé et le ver dans la pomme
(Air France-KLM 0 – Wikimedia 1)

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »