Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for 11 avril 2010


Je n’arrive pas à choisir entre un mauvais chemin et un cul-de-sac
(Sens 0 – Direction 1)

Publicités

Read Full Post »

Il y a des soirs comme celui-ci où j’espère presque un délit de faciès et une violation rugueuse mais assermentée de mon intimité. Pour cette fois, je veux bien me sacrifier au nom de la paix sociale, de l’esprit républicain et je promets de ne pas en faire un best-seller pour négrophiles endurcis et repentants sur le retour. Mais ce soir là, je dois aller voir un ami, un vrai !

Pas n’importe lequel. Pas l’un de ceux avec qui les préliminaires ce sont faits en quelques clics, et encore moins l’un de ceux à qui l’on sourit poliment pris en otage par le passé. Non, le Friend en question, lorsque que je parle de lui, c’est encore au futur et le spécimen en sait plus sur moi que la Cnil ou les RG.

Comme le disait si brillamment Biz Markie : «You, you got what I need, you say, he’s just a friend» Mon dilemme actuel est que mes amis se comptent sur les doigts du moignon et que mon hôte du soir est un artiste…

Le destin populaire ou le scénariste en chef ont plus un humour de comptoir que de sursaut narratif. Et pour ce rendez-vous décisif sans Sergio Leone, je me retrouve loin dans ma mémoire en foulant la porte d’un de mes pires concerts où les responsabilités étaient partagées. Formule classique et à volonté, ingénieur du son déficient, public aux abonnés absents et musiciens débutants, sans oublier étouffe-chrétien et sponsoring de Coca-Cola à hauteur d’une bouteille pour 12 personnes, public inclus. Mais, 12 ans plus tard et 500 personnes supplémentaires, je me surprends à croire que même le temps peut changer.

La salle se remplit à la vitesse d’un bouchon sur l’autoroute du soleil, la sécurité artificielle laisse place à la claustrophobie naturelle, puis les portables récalcitrants commencent à avoir honte, la gêne renâcle de la gorge et le silence reprend enfin ses droits.

À la place du mort, comme mes 499 covoituriers, j’ouvre ma paire de steadycam, déconnecte ma boîte à image, délaisse l’écoute pour l’entente et prend le kidnapping en présence pour un voyage d’agrément. Et l’ombre du dandy décadent tangue d’un côté puis de l’autre au milieu de la fumée sans jamais toucher le sol. 1h14 et un rappel plus tard les applaudissements pavloviens envahissent le décor pour mieux l’abandonner. J’ai toujours mon ami et lui une nouvelle entrée payante.

PS : Non critique

Je vous dispense de la partie critique musicale aussi subjective que vaine, ne pas avoir d’avis, c’est ce que je fais de mieux dans la vie. Mais je vous livre tout de même ces quelques interrogations sur Lee Harvey Asphalte, avant que le seul intérêt de cet article, la vidéo, ne s’impose à vos yeux.

À notre époque du grand tout et de la culture de niche, la plupart des gens vivent en laisse avec une étiquette. Et on en…euh, j’en reviens à la question de l’identité, l’environnement, l’histoire et la culture. Détermine-t-elle des individus, des courants jusqu’à les condamner à la tradition ?

Ce soir là dans la salle, certains ont vu avec une certitude punitive de la nouvelle chanson hybride, du slam musical, du théâtre rythmé, du rap conscient, un meeting en rime, voir même un arabe avec une cravate.

Et moi, j’ai vu en tout et pour tout un concert, qui vivait au présent et aimait au conditionnel. Mais les gens, les impalpables, les insondables, ont besoin de donner des noms pour posséder les choses, les autres afin de se dispenser de les comprendre.

Read Full Post »