Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for janvier 2010

Je n’arrive pas à choisir entre le chômage et le travail
(Indemnité 0 – Précarité 1)

Read Full Post »

img_1619

Un œil à moitié fermé sur l’écran immaculé, l’autre à moitié ouvert sur la rassurante obscurité, j’attends…

Les moments précaires où notre imagination en voie d’extinction reprend le contrôle approximatif de notre réalité si parfaite – faite de réponses à tout et de futur immédiat – ne sont pas légion. Je profite de ces voyages surplace pour m’extirper tant bien que mal du culte de l’immatriculation, qui est la même pour ceux qui s’y réfèrent et ceux qui s’y opposent.

La nuit était jadis l’alibi par excellence pour les anonymats sans lendemain, mais celui-ci dorénavant est devenu une marque de fabrique plus que rentable. Mon nom est personne, mais tout le monde veut une image conforme à ses fantasmes d’exil de proximité.

Parfois, entre la pause sanitaire des insomniaques et le retard prévisible des désinhibés, je trouve par persistance rétinienne la paix dans un coin de pixel, en pleine hypnose progressive devant la modernité à tout prix, achetée à crédit et qui ne vaut comme certitude uniquement la date de sa garantie. Je voudrais aller au fond des choses par ma propre énergie, mais l’époque promeut l’artificiel et le végétatif.

Au creux de la nuit, tout le monde est aux abonnés absents dans un rouge sonnant la fin des civilités pour aujourd’hui. Certains pourraient être angoissés par cette solitude sans personne à qui s’accrocher, mais pour ma part, cette accalmie met un terme à cette histoire faussement solidaire de « partage » qui relève plus du besoin de démonstration entre congénères. Je voudrais bien porter un masque et prendre part à la fête, mais les cicatrices ne font pas recette au royaume de l’amitié automatique…

Plus usé que fatigué, je penche par à coup du côté de la routine du travail à la chaîne depuis ma chaise multidirectionnelle à roulettes.

Je peux paisiblement être désinformé et anachronique pour enfin ne plus avoir d’avis – déjà dépassé – sur tout et n’importe qui, surtout n’importe quoi. Moralité, sans nous la Terre continue de tourner, demain rien n’aura changé et vous n’y serez pour rien, en quoi que ce soit. Diogène n’aurait su que faire avec un clavier azerty, il aurait oublié ses histoires de levier pour regarder le monde dans un écran en y construisant sa vérité au lieu de le soulever !

Dans le fond, je ne critique pas le mouvement car je ne contribue que peu à sa décélération, la course dans laquelle nous sommes embarqués plus par consumérisme que par idéal ne connaît pas de vainqueur, juste des clients. Dans ces instants de lucidité inopinée, je réalise que le progrès n’est qu’une forme de passé plus digeste que l’on sample plus qu’on ne le vit car tout le monde a quelque chose à vendre, même de toute bonne foi. Alors autant recycler les 5 minutes de gloire du follower d’à côté, il n’en saura rien, il a déjà oublié. À ceux qui savent tout à ne plus pouvoir imaginer, il reste la mort pour les réclamations éventuelles.

Je flirte avec l’endomorphine tout en lorgnant sur la caféine, c’est notre drame, le choix de l’inertie. Plus rien n’est grave, excepté l’instant présent qui nous a déjà quitté. Je ne suis pas un membre du communautarisme gadget ou des niches en série limitée, je marche seul, mais tout cela est désuet à l’heure où tout se télécharge et le peuple de la délation systématique, de la polémique congénitale, des modes mortes-nées, des jugements définitifs croit tant qu’il le peut qu’à plusieurs, qu’au plus grand nombre, il disparaîtra moins vite de la mémoire numérique.

Toujours personne à l’horizon et le cadran horaire agonise par des toc interminables tic, tac, tic, tac, tic, tac. Que faire à part se laisser aller dans une douce folie imaginaire lorsque nos rêves les plus fous ne suffisent pas à notre shopping list ?

Je ferme les yeux poliment sur cette escroquerie à l’assurance que représente le droit à l’infini après souscription à l’abonnement. Comme vous le pensez, je pourrais le plus simplement du monde éteindre tout l’attirail du parfait homo-oeconomicus. Mais le peut-on réellement ?  Il est déjà dans nos têtes et même plus loin encore, là où notre bonne conscience ne légifère plus…

Tord, raison, vrai ou faux, choisissez votre camp et sachez qu’on enregistre tout mais qu’on ne retient rien.

————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————

Demain 01H00 “Rythme(s) & Mécanisme(s)” S01 E01

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre l’Histoire perdue et l’information en continu
(Amnésie 0 – Boulimie 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre l’humanisme sanguinaire et le journalisme Kleenex
(L’occident 0 – Haïti 1)

Read Full Post »

J’ai… J’ai… J’ai, hum… J’ai des problèmes de silence, je les voudrais de circonstance. Je ne manque plus de rien, mais pourtant je me démantèle de l’intérieur, petit à petit, sans jamais m’arrêter pour mieux mettre ma conscience en accusation aux yeux de ceux qui m’aiment. Vide à en perdre l’équilibre le jour et plombé à en baiser le sol la nuit, je regarde mes cheveux tomber et mon ventre prendre de l’avance tranquillement sur mes pieds. Durant mon temps libre, je cherche cette absence.

À défaut de la trouver en moi, je la traque sans relâche dans les travers de ma femme et la discontinuité de son amour quand elle dort, de ma famille et de leurs pannes de téléphone lorsque j’ai un début de migraine, de mes amis qui ont l’audace de me parler de leurs problèmes en à ma présence, de mes collègues et de leur carrière qui doit de plus en plus se pencher afin de m’apercevoir. Pourvu que ce ne soit pas de ma faute, de ma responsabilité, alors tout va pour le mieux. Mais cette dépression qui me berce et cette mélancolie du temps qui se fige, elles ne sont pas dupes et me réclament un peu de ma réserve personnelle de bonheur en échange de leur silence. Vous savez, le spleen, c’est comme le croque-mitaine, ça n’existe pas, c’est fait pour faire peur aux enfants et aux éternels adolescents !

On pourrait légitimement dire que je fais l’enfant, que je le joue, le surjoue dans un costume d’adulte – plus proche de la fin que du début de quelque chose – alors que celui-ci ne veut plus rien savoir du temps et de la distance qui s’écoulent. Et pour cela il ferme les yeux, arrête de respirer et se bouche les oreilles. Mais à un moment donné, je dois refaire surface et je ne veux plus avoir à faire avec mon pèse bonheur ou pèse malheur, c’est selon votre définition de la convalescence ou de la rémission. Je… Je… Je, hum…Je voulais juste ne plus rien sentir, quitte à n’avoir plus rien, rien !

Rien, hum, rien du tout, mais, alors rien, c’est une idée du néant qui a trop de sens pour que je puisse l’accepter et dormir dessus, tout compte fait. Mais mon tourment originel était toujours aussi abyssal pour moi. Ma libido ou mon psychiatre, pourquoi ne pas louer celui de quelqu’un d’autre ? Un nouveau vague à l’âme ! Un de ceux qui souffrent en silence et qui n’attendent rien du bonheur si ce n’est un jour de plus avec son passé. 21 grammes de poète, voilà ce qu’il me faut, rien d’extravagant, un peu de cet alarmisme salvateur, une pincée d’amour perdu à jamais, et quelques munitions pour toucher ce qu’il vise juste, rien d’autre, rien…

Me voici renaître sans recommencer, me questionner sans douter, en pleine déconstruction avec mon monde à réinventer, prêt à tout quitter sans jamais bouger. Je… Je… Je, hum…Je dois avouer que dans les premiers temps la joie nouvelle qui m’habitait prenait le pas sur tout jusqu’à ce que je disparaisse pour de bon, que je ne reconnaisse plus l’âme en peine dans le miroir, que mon odeur m’ait abandonné, que ma femme n’ose plus me toucher pour se persuader que ce n’était pas moi, plus moi. J’étais en présence de mon absence.

Le comble c’est que j’étais parfaitement dans mon rôle, dans ce qu’on attendait de moi, de ce qu’il était bon de montrer. Et je pourrais m’en satisfaire puisque faire semblant est mon métier. Ceci étant, je n’ai pas à construire de personnage la nuit à l’horizontale, les yeux grands ouverts à fixer le plafond sans que celui-ci ne daigne répondre aux questions que je ne me suis pas assez posées ! Je… Je… Je, hum… Je repense à ces souhaits qui n’ont d’autre intérêt que leur invocation et non leur accomplissement. J’ai eu ce que je voulais, je suis devenu ce que les autres désiraient, j’ai donné ce morceau de moi qui n’a d’existence qu’en me quittant, puis j’ai pris celui de quelqu’un d’autre, à qui je ne pensais rien devoir, sans réfléchir, comme un dû. Et maintenant j’ai une dette à la place du cœur.

Et pour la première fois de ma vie je comprends, peut-être trop tard, que je n’ai jamais été seul, que la meilleure des compagnies ne donne pas son nom, elle nous comprend sans nous juger, elle nous ressemble sans rien demander. Je n’ai… Je n’ai… Je n’ai, hum… Je n’ai plus de quoi pleurer, personne à incriminer pour les exactions du quotidien. Personne, mais vraiment personne. Merde, j’ai perdu quelqu’un ? Le malheur ou le bonheur, cela ne reste que des indices de satisfaction de l’existence en cours, des motifs de prétention ordinaires, sans aucun recul. Et si j’en profitais tout bêtement, comme ça, en faisant les comptes des bons et des mauvais points à la fin de mon préavis ?

Mais pour l’instant mon problème logistique est bien plus basique, banal, du domaine de l’échange équitable. Rendre cet autre moi, enfin toi à son propriétaire et récupérer cette part de moi qui me fait tant défaut, quelque part. Je constate que je n’avais jamais autant voyagé dans ma tête, sa tête, notre tête. Il me fallait à présent utiliser mes jambes, ses jambes, nos jambes pour me retrouver, pour la retrouver, pour nous retrouver. Mais le seul inconvénient dans les fantaisies – mise à part leur vacuité – c’est qu’elles n’ont pas leur place dans la machine à broyer de la réalité. Je me suis donc retrouvé, mais avant que je n’arrive tu es morte d’un long suicide sans morceau de toi, à cause de ce morceau de toi que je garderai pour toi, maintenant, en attendant que tu reviennes, un jour, peut-être…

J’ai… J’ai… J’ai, hum…J’ai si souvent parlé de la solitude gratuitement, juste pour mettre un mot sur mes égarements, uniquement pour clore une demande d’affection désintéressée que j’ai presque peur de lui dire au revoir à l’idée que les choses reprennent leur cours de manière anonyme, orpheline. Un souhait qui s’exhausse, c’est déjà une part d’idéal qui s’enfuit, mais une quête qui s’achève, c’est presque pire. Les questions ne sont rien, vraiment rien, rien, face à la fin. Alors, dorénavant j’aurai ma conscience pour moi et mon âme m’aura pour elle.

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre l’imagination et la réalisation
(Un pouvoir 0 – Un produit 1)

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre la fin du monde et le monde de la fin
(Notre mythe 0 – Notre biographie 1)

Read Full Post »

J’aurais dû rester à végéter en culpabilisant au fond de mon lit, ce samedi matin, en hommage à d’autres aubes où je déballais tant bien que mal des armées de cartons et de cagettes sur ce marché encore solitaire. La vie sur un marché avant que les clients n’imposent la leur, c’est assez surréaliste. Parfois tout le monde communique, communie dans le silence et souvent la cacophonie l’emporte. Les histoires énoncées toutes plus foutraques les unes que les autres, ne sont qu’une autre normalité de plus dans une dimension parallèle, au début on juge et à la fin on sait pourquoi l’on rit. Excepté ce goût malsain pour le fluo, les années 90 avaient eu du bon, pour moi de ce côté-là. Et me revoilà de retour en 2010 et hors de mon lit, à la recherche de caféine. Je suis déjà nostalgique du futur lorsque mon téléphone plus intelligent que moi, m’indique la direction du troquet le plus proche alors que la pluie s’abat sadiquement par alternance sur ce Paris encore trop proche de l’after pour se réveiller.

Quand les choses basculent sous vos yeux sans que vous ne pussiez rien y faire, tout ce qui compte – à partir du moment où vous avez déterminé votre rôle, figurant ou tête d’affiche – c’est de savoir (et accepter) si ces dites choses seront un handicap ou un avantage. Mon voisin assailli par une calvitie à cette banale terrasse de café devait y penser plus que fortement tandis qu’il intimait l’ordre à son fils, qui venait d’enrichir son vocabulaire sur les pratiques anales, de quitter les lieux manu militari sans finir son chocolat chaud et encore moins son croissant. J’étais pour ma part quelque peu interloqué par les deux fous qui animaient avec un certain talent ce triste débit de boisson au ton cirrhose, mais encore plus par la réaction des gens qui pensaient si fort, si fort que le mot camisole de force se diffusait tel un bruit sourd.

Avant d’enfermer dans une normalité capitonnée qui que ce soit en jetant la clef, revenons sur le fil des faits. Nous, les animaux marchant sur leurs pattes arrières, trop occupés à boire méthodiquement notre consommation tout en lisant le plus sérieusement possible les nouvelles du monde en n’attendant rien si ce n’est la fin de celles-ci, nous étions sortis de notre parfaite léthargie par des rires trop bruyants, de ceux qui n’ont pas leur place chez les gens bien. Mais soudain, nos tympans explosent sous les décibels d’un « T’vois ces lames fines tranchantes pour égorger à l’africaine, et ben je lui ai arraché des mains, hop, comme ça et j’lui ai défoncé le cul à coup de pompe »…

Cours d’anatomie accéléré et sadomasochisme préventif sur un fond de Louise Attaque qui peinait à s’extraire des piaillements de la serveuse, ce samedi fleurait bon le passé. Certes, j’avoue être peu familier des modes d’exécution à l’arme blanche en vigueur en Afrique, mais concernant les mille et une façons de détruire un arrière-train sans ne jamais l’avoir fait, c’était une autre histoire. Lorsque j’étais adolescent le monde se divisait en deux catégories : ceux qui commettaient les pires exactions – criminelles et républicaines – et ceux qui profitaient du silence des premiers en créant de toutes pièces une mythologie qui se terminait irrémédiablement par une histoire de cul et la façon de lui faire entendre raison.

Et nos deux trouble-fêtes qui vociféraient pour la rue d’en face, eux étaient des membres honoraires de la seconde catégorie. La conversation commençait à s’agiter violemment lorsque nos deux compères se mirent à déblatérer de leurs souvenirs communs d’anciens légionnaires ainsi que de leur maîtrise en philosophie asiatique, sans omettre leur tour du monde effectué à la fin des années 60, alors que le binôme devait avoir au bas mot 30 à 35 ans chacun. À les écouter, ils avaient les meurtres et le verbe faciles et, modestement, ils savaient et avaient tout vu. Les antidépresseurs ont la parole semi automatique, mais personne ne veut le savoir dans la société du tous coupable. S’en était trop pour la noble assemblée des prototypes intramuros pensant que la vérité sort de leurs diplômes et de Wikipedia, au prix des frais de scolarité et de la technologie qui les faisaient briller en société en effleurant du doigt Google Map, pour démontrer à tout le monde qu’Erasmus est la meilleure agence de voyage ! Il fallait agir avec le courage qui convient en pareille situation, c’est-à-dire de promettre en rouspétant, bien droit dans ses bottines, de s’expatrier de ce café sans jamais s’exécuter. J’étais rassuré de voir se fendiller la vitrine de la tolérance de salon et puis j’étais de plus en plus captivé par les histoires de fous qui épousaient mieux nos certitudes que les jérémiades des rebelles qui comptent sauver le monde de lui même du haut des épaules dont ils ont héritées et depuis leurs T-shirt MSF taille XS.

Vous savez, les sauveurs en tout genre en auto-démonstration, locataires de toutes les nobles idées, le sourire humanitaire, donneurs de leçons professionnels, défenseurs de toutes les causes, même les plus contradictoires et sachant qu’un drame en remplace un autre avant qu’ils aient pu abandonner leurs bons offices, nul ne leur en tiendra rigueur ! L’émotion est un moteur et ils ont le monopole du cœur équitable. S’ils ne le faisaient pas personne ne le ferait, certes. Soit. Mais la misère, l’autre, la folie, la différence, ils la préfèrent à la télévision. Courrier International empilé dans leurs toilettes, une nouvelle catastrophe à choisir, la carte bleue déjà en main et l’esprit déjà ailleurs. Manque de chance quand la souffrance ordinaire s’invite à leur table, ils voudraient la chasser pour continuer à profiter du samedi matin et de leurs cafés crème si durement attendus !

Le plus âgé, le plus marqué, le plus vivant des empêcheurs de s’ennuyer en rond avait l’œil bovin des amoureux de jambes effilées, le nez fracturé à plusieurs intervalles par des terrasses moins passives sûrement, la moustache taillée, brossée et disponible pour accueillir n’importe quelle miette sucrée ou salée, les lèvres gercées, usées, seules, plus pourpres que roses, les dents couleur Gitane, disposées à se chevaucher avant de chuter pour toujours, le visage sans retour possible, grave et craquelé, la peau lasse, prête à dégringoler sur sa pomme d’Adam au moindre signe de monogamie sédentaire et le teint malade et malheureux d’un blanc passé. Je ne pouvais m’empêcher de suivre du regard en bougeant la tête – quitte à commencer à passer pour un fou – les grands mouvement incessants et circulaires de ses bras qui semblaient vouloir attraper désespérément l’espace qui lui faisait défaut, une fois calmé, résigné à retrouver l’équilibre sur sa chaise bancale, un verre de blanc à la main.

Mais la trêve fut de courte durée et l’agacement respiratoire des bons citoyens reprit de plus belle. Puis il fut interrompu par l’autre fou qui demanda si quelqu’un dans l’assistance avait du feu. Et là s’en était trop ! Que ceux qui doivent être aidés discutent grossièrement entre eux, passe encore, mais qu’ils s’adressent à la race des sauveurs, c’est tout à fait inacceptable ! Il ne restait qu’à l’un des sauveurs de répondre par la négative avec ce mépris pincé qui va si bien aux punching-ball. Je lui précise pour ma part que je ne fume pas, en retour il me demande l’heure, celle de New York évidemment, je la lui donne et il finit par me complimenter sur mon afro qui lui rappelle celle de Julius Erving – culture quand tu nous tiens – nous nous saluons respectueusement de la tête, les balafrés se reconnaissent entre eux. Et en revenant à sa position initiale, le plus jeune, le plus fragile, les plus lointain des deux comparses aperçoit un paquet de cigarettes négligemment laissé à l’abandon par l’un des sauveurs. Celui-là n’est pas passé loin de la claque qu’il méritait, mais il a eu droit à une explication anale sur la qualité de sa personne. Evidemment personne ne bouge, tout le monde attendra les élections !

Le fou débutant commença à partir dans une tribune libre sur les problèmes d’incontinence de notre société, Descartes, Jean-Claude Van Damme, Booba, Olivier Besancenot, la mode écologiste et j’en oublie, tout le monde en a pris pour son grade. À bien le scruter, il avait les os et les vêtements sur la peau, une barbe qui aura toujours 3 jours, de l’angoisse médicamentée dans les cernes. Ses yeux immobiles étaient ouverts par habitude, son nez ne pouvait cesser de couler et sa manche était déjà pleine. La mâchoire serrée jusqu’au sang avant de la déployer jusqu’à la rupture, son corps tremblait plus qu’il ne bougeait. Les cheveux en bataille par endroit et en déroute par d’autres, les ongles rongés, il rétractait frénétiquement ses mains comme à la recherche de son doudou, recroquevillé sur lui-même. C’était à ce demander ce qu’il voulait capturer en renâclant autant. Son front lui tombait lourdement dessus, son visage n’était fait que de lignes droites, aucune courbe pour lui apporter un quelconque réconfort. Au moment de fermer la bouche pour avaler machinalement le poison à 3,50 euros, il dégageait une telle tristesse, si pure, si inconsolable, si sourde que même les sauveurs n’essayèrent pas de surenchérir aussi poliment que discrètement sur sa vision du monde qui s’écrasait sur ces épaules devant nous…

Je suis parfaitement incapable de dire qui est fou ou non, et je ne préfère pas savoir. Je prends ou pas les gens comme ils sont. Le crime des deux fous ce matin-là, à cette terrasse de café décriant la démocratie dans laquelle elle jouissait jusqu’à l’en vider de son sens, c’était que personne ne les avait invités aux castings des privilégiés de la liberté d’expression et qu’il serait mieux pour eux et pour tout le monde que l’on parle à leur place. Heureusement ou malheureusement, ils pensaient tout haut, ils pensaient trop fort et surtout pas comme il faut.

Read Full Post »

Je n’arrive pas à choisir entre le prix de la pénibilité et le plagiat d’une polémique
(60 ans 0 – James Cameron 1)

Read Full Post »

Cette semaine, au programme de  l’observatoire des sociétés mourantes :

Mercredi 20 :  36 15 Me Myself & I : Entretien avec un fou, voire deux !

Vendredi 22  : Teaser en série (23) Cold Souls

Dimanche 24 Lundi 25 :  “Rythme(s) & Mécanisme(s)” S01 E01

Prenez le temps, avant qu’il ne vous prenne

Foutraquement…

SS

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »